Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

TELL IT TO THE BEES

Un film de Annabel Jankel

En des temps pas si anciens...

Années 50 en Ecosse. Alors que son mari a quitté le domicile conjugal au profit d’une autre, Lydia élève seule son fils, Charlie. Celui-ci fait la connaissance de la nouvelle docteur du village, Jean Markham, qu’il aide à s’occuper de ses ruches…

Tell it to the bees film image

Après le récent navrant "Elisa et Marcela" d'Isabelle Coixet, sorti directement sur Netflix, voici qu'une nouvelle histoire d'amour entre femmes nous arrive, cette fois-ci de Grande Bretagne, contant des amours interdits, condamnés par un entourage aveuglé par la peur et la tradition. Point d'Espagne et de noir et blanc ici, l'action prend place dans un petit village d’Ecosse, et met en scène une mère de famille dont l'espoir de voir son mari revenir s'amenuise, et une autre femme, dont les penchants ont toujours été condamnés, l'obligeant à fuir, mais revenant ici dans son village d’origine.

Peu chargé du côté intrigues, le scénario déroule gentiment une naissance amoureuse et ses contrariétés sociétales, sans réelle surprise. On s'intéressera du coup, au final, plus au sort de la sœur de l'héroïne, jeune femme elle aussi victime des préjugés de l'époque, puisque amoureuse d'un homme noir. C'est elle qui en réalité disposera du passage le plus rude du métrage, évoquant en deux séquences, l’une elliptique, l'autre plus frontale, le sort de jeunes femmes libres, prêtant peu d'attention à des conventions sociales que d'autres se chargent de leur rappeler.

Porté par trois actrices à l'aise dans leurs rôles respectifs, dont Anna Paquin (la petite fille de "La leçon de piano" de Jane Campion), que l'on n’avait pas vue depuis longtemps, dans le rôle de la médecin-paria, le film recèle tout de même quelques scènes porteuses d'émotion et s'avère une reconstitution crédible des années 50. Adapté du roman de Fiona Shaw, "Tell or to the bees" a cependant du mal à intégrer les paraboles liées aux abeilles, entre confidences et fantastique. Il n'en reste pas moins un honnête métrage sur le passage à l'âge adulte et l'acceptation de la différence.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire