Parce qu'on en a jamais assez !

TATSUMI

Un film de Eric Khoo

Passionnant

Ce documentaire, sous forme de dessin animé, retrace une partie de la vie de Yoshihiro Tatsumi, créateur de mangas qui, à la fin des années 50, révolutionna le genre en développant des histoires pour adultes, et revisite certaines de ses histoires courtes...

Eric Khoo, réalisateur singapourien, auteur des très remarqués « 12 étages », « Be with me » et « My magic » a cherché un moyen original de parler d'un créateur de bande dessinée légendaire, Yoshihiro Tatsumi, homme à qui on doit le courant de mangas « gekiga » (1957) s'adressant aux adultes, par le développement « d'images dramatiques ». Il a ainsi eu l'idée de combiner des éléments de son autobiographie (un pavé de 800 pages titré « Une vie à la dérive »), avec l'adaptation de cinq de ses histoires courtes, le tout sous forme de dessins animés. Pour distinguer les différentes composantes de son histoire, il a donc utilisé des couleurs vives pour l'autobiographie et des couleurs propres à chaque histoire, selon la technique japonaise du « one-colour printing ».

Assurant les transitions entre fictions et partie documentaire, au travers de cartes postales dessinées, plissées et jaunies, il met ainsi en image cinq petites histoires, plus ou moins reliées à la vie de leur auteur, des ruines d'Hiroshima en 1950, au premier album en 1954 (« L'île aux enfants »), en passant par ses premières publications à l'âge de 12 ans, par la guerre de Corée et par la peinture de la pauvreté de sa famille. Tatsumi assure lui-même la voix-off sur les parties concernant sa vie, et s'efface devant son œuvre.

« L'enfer » est certainement l'histoire la plus marquante, de par son cynisme dévastateur. On y suit les traces d'un jeune photographe envoyé sur les ruines d'Hiroshima et découvrant l'empreinte du corps d'un fils, penché sur sa mère, incrustée sur un mur. La photo le rendra célèbre. Mais la vérité derrière cette empreinte, toute autre, le hantera toute sa vie. « Monkey mon amour » conte l'histoire d'un ouvrier contraint par son invalidité à donner son singe à un zoo. « Juste un homme » nous plonge dans la vengeance d'un retraité, qui dilapide sa fortune pour ne pas la laisser à sa femme, infidèle, ou à sa fille, intéressée. Une histoire de femme trop belle, comme symbole de l'impuissance. « Occupé » relate les conséquences de l'obsession d'un dessinateur licencié pour les graffitis pornographiques des toilettes publiques. Enfin, « Goodbye » montre comment une prostituée auprès de l'armée américaine, méprisée, décide de couper tous liens avec les hommes.

Vous l'aurez compris, « Tatsumi » est un documentaire animé aux facettes multiples. Il tisse à la fois le portrait d'un artiste en gestation, une peinture des difficultés quotidiennes dans l'après-guerre au Japon, tout en donnant vie à cinq contes tordus et désenchantés, jusque-là jetés sur des planches à dessin, abordant tous avec un certain cynisme la condition humaine. On en redemande.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire