Festival de Venise 2019 banniere

SYSTEM CRASHER

Un film de Nora Fingscheidt

Tous les efforts du monde

La jeune Benni, 9 ans, a de soudains accès de colère, devenant incontrôlable. Sa mère ayant deux enfant plus jeunes, ne peut gérer ces moments là, et Benni, refusée par de nombreuses familles d’accueil, se retrouve dans un foyer d’urgence…

System crasher film image

"Système Crasher" est le portrait d'une petite fille traumatisée dans son plus jeune âge, qui ne supporte pas qu'on lui touche le visage et s'emporte dans des colères incendiaires à la moindre occasion. Une fille que les enfants de son âge ne peuvent comprendre et dont la plupart des adultes ont finalement peur. Une fille que les adultes des services sociaux et médicaux tentent d'intégrer, celle-ci risquant au final rien moins que l'internement.

D'emblée, la réalisatrice installe le contraste entre le calme de l'hôpital où Benni subit des examens et le bruit d'une cour d'école où celle-ci, stigmatisée, se déchaîne sur les autres, tantôt avec gratuité, tantôt avec "raison". Maladroitement, elle trace la limite du « toucher » de visage, par un flash rose dans lequel viennent s'incruster des images diverses, de chien, de joues, de boucle d'oreille... Au delà de ses crises ou de ses fuites, suivies par une caméra toute aussi agitée, il y a une bonne idée de mise en scène, lors des moments où Benni est mise sous sédatif et sanglée. Immobile, elle fixe la vitre depuis laquelle les visiteurs peuvent l'observer, un champs contre champs permettant alors de signifier le vide progressif qui se fait autour d'elle, au fil de la récurrence de ces moments.

Mais au delà de ce portrait d'une fillette déglinguée, interprétée avec puissance par la jeune Helena Zengel, le film est finalement avant tout un hommage aux travailleurs sociaux. De la bienveillante directrice de centre, à l’homme qui l'accompagne tous les jours à l'école, en passant par la médecin, tous sont impliqués et courent le risque d'une fatale implication personnelle, voire prennent sur eux d'enfreindre le protocole, pour le bien de l'enfant. À défaut d'être réellement émouvant, "System Crasher" sera au moins pédagogique de ce dernier point de vue.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire