Bagniere comedies_confinement-04

STICK IT

Un film de sport qui évite certains clichés, c'est rare!

Quelques années après avoir abandonné la gymnastique, l’ancien espoir Haley Graham accepte à contre-coeur de revenir s’entraîner dans un club de haut niveau pour éviter une peine pour vandalisme agravé. Mais elle se met en tête de vivre cela à sa façon…

"Stick it" est à la fois un film de sport et un film essentiellement pour ados – deux sous-genres brillant par leur mauvaise qualité générale ! – et produit par Touchstone, filiale de Disney. Autant dire que ce film avait un triple handicap potentiel qui laissait présager un potentiel navet ! Et pourtant c’est loin d’être le cas. Certes, on n’échappe pas à tous les clichés : la « cool attitude » fraîchement ado, les rôles de chipies et autres emmerdeuses, les vannes potaches, la musique djeun et dynamique, les conflits parents-ados… Mais on peut facilement relativiser tout cela !

Côté musique d’abord, on est tout de même loin de tomber dans la soupe infâme du R’n’B type Skyrock : on a droit à une composition originale de qualité de la part de Mike Simpson (membre des Dust Brothers qui nous avaient notamment livré l’excellente BO de "Fight Club"), à une chanson originale tout à fait correcte de Missy Elliott ("We Run This") et à une compilation plutôt éclectique (Panjabi MC, Electric Six, Jurassic 5…). Pour le côté formel, il faut aussi noter une enthousiasmante recherche esthétique dans la réalisation et la construction des plans. C’est évidemment du pur visuel sans trop de symbolique mais ça fait plaisir aux yeux !

Côté histoire et personnages ensuite, le film ne tombe pas totalement ni dans « les méchants sont toujours méchants et on ne sait pas pourquoi » ni dans le « tout le monde il beau et gentil » ! Expliquons : si les personnages n’ont pas bénéficié de réflexions psychologiques intenses, ils évoluent tout de même et ont tous plus ou moins un côté sympathique et un côté sombre ou sournois. Bref, on n’est pas dans le manichéisme habituel du cinéma hollywoodien et on ne plonge pas totalement non plus dans une vision utopique de la société.

D’ailleurs, ceci permet de souligner un autre point positif du film : contrairement à tous les films de sport américains (ou presque), "Stick It" ne verse pas dans la gloire aveugle d’un sport ! En effet, le sport en question, la gymnastique artistique (qui, soit dit en passant, est très rarement un sujet de cinéma) est loin d’être mis sur un piédestal qui en ferait un sport parfait et exaltant toutes les qualités humaines ! Au contraire, le film se permet quelques petits coups de gueule, notamment envers le système de notation et de jugement des compétitions. À travers ce film, c’est un peu le sport de haut niveau qui est aussi mis au pilori, avec un pied de nez à la recherche de la gloire à tout prix. Certes, le personnage principal ressort auréolé de l’histoire mais pas comme la plupart des films de sport.

N’en faisons pas non plus un film polémique ou contestataire, ce serait évidemment exagéré ! Mais dans un contexte de formatage affligeant du cinéma hollywoodien (qui a dit mondial ?), des chemins légèrement divergents sont déjà encourageants ! Bref, on peut parfois s’offrir un moment sympa et rafraîchissant de cinéma américain honnête, ça fait du bien !

Allez, finissons aussi par un petit cocorico (ça ne fait pas de mal parfois !) en signalant que le côté visuel doit beaucoup à l’équipementier français Gymnova, partenaire du film, et que c’est une gymnaste française, Isabelle Severino, qui double l’actrice principale pour les séquences gymniques.

Raphaël JullienEnvoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire