Banniere_Fete_Court_Metrage_2021

STAR TREK : NEMESIS

Un film de Stuart Baird

Vivement la retraite !

Alors que l’équipage de l’Enterprise faite dignement le mariage de deux de ses membres, le capitaine Picard reçoit un message de la fédération lui demandant de rejoindre le système ROMULIEN car quelques bouleversements politique semblent changer la donne dans la région, surtout que ceux-ci étaient jusqu’à maintenant leur pire ennemi. Mais en arrivant sur place ils découvrent une surprise de taille, qui manigance un plan machiavélique…

Il faut déjà être un inconditionnel de l'univers de Gene Roddenberry et de son successeur Rick Berman pour décrypter le langage des personnages de la série. Alors quand en plus le scénariste s'est mis aux abonnés absents, on patauge sérieusement pour comprendre quelques choses à ce film. Le film débute par la rencontre entre les deux protagoniste principaux et enchaîne très rapidement vers une poursuite spatiale pour aboutir en une simple et seule bataille.

Car non content d'être simpliste, le scénario se permet des modifications dans le background des personnages, qui ne l'oublions pas ont officié pendant 7 longues années à la télévision américaine. Et tous cela malgré une idée de départ( le clone du capitaine ) qui aurait pu donner à défaut d'un chef-d'œuvre, un bon film de science-fiction métaphysique d'action. Or même au niveau action, on ressort frustré voir aigri de la salle.

Car à part une course poursuite en buggy filmé mollement et dont le design semble être tout droit sorti des sous Mad max italien des années 80, on a le droit qu'a une seule bataille spatiale ou les deux vaisseaux jouent à cache-cache dans l'espace. Et encore quand les deux camps arrivent à court de munitions, le sémillant capitaine de l'Enterprise décide de jouer au stock-car avec son navire. Du plus ridicule effet.

Et pourtant on pourra toujours sauver les effets spéciaux alliant avec précision les images de synthèses et les miniatures, quelques maquillages bien sentis d'aliens poisseux et un code linguistique aussi ridicule que propre à l'univers STAR TREK. Alors au lieu de se rendre au, certainement, dernier film de la série( avec du moins l'équipe actuelle), courez revoir le premier film qui réussi parfaitement le mélange entre la démonstration métaphysique de 2001,L'ODYSSEE DE L'ESPACE et le coté spectaculaire de STAR WARS.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire