Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

SHANGHAI KID 2

Un film de David Dobkin

Jackie Chan save the queen !!

Le père du chinois le plus célèbre de l’Ouest est assassiné dans la cité interdite par un lord, qui projette de massacrer la famille royale d’angleterre. Mis au courant par sa sœur, il part pour New-York récupérer son ami Roy O-Bannon le cow-boy le plus mythomane des Etats-Unis et les voilà débarquant quelques jours plus tard au Royaume Uni, pour retrouver un assassin, une sœur et déjouer un complot. Bref un programme très chargé !!

Bien sûr le scénario de " Shanghaï Kid 2 " tient sur un ticket de métro, bien sûr la réalisation ne fait preuve d'aucune inventivité et reste platement collée aux basques des deux héros, mais le nouveau film américain de Jackie Chan est drôle de bout en bout ; drôle, mais aussi spectaculaire. Contrairement au premier épisode qui se basait sur le décalage entre la société américaine et ce chinois débarquant de son pays lointain, le second opus embraye sur un nombre impressionnant de parodies et de surprenantes rencontres dans l'Angleterre du XIXème siècle.

Ainsi bon nombre de mystères seront démasqués plus ou moins directement par nos deux compères. Car ils rencontrent au fil de leurs pérégrinations Jack l'éventreur, Conan Doyle, la reine Victoria et un très jeune Charlie Chaplin. Ce sens de la parodie se retrouve tout autant dans les combats opposant la plupart du temps Jackie Chan à plusieurs hommes à la fois. Ainsi on découvre là aussi, mais plus sous forme d'hommage, Gene Kelly et son " chantons sous la pluie " ou un étonnant Harrol Loyld " à la recherche du temps ", un personnage que l'acteur chinois n'a jamais cessé de remercier à travers ses films.

D'ailleurs les scènes d'action sans être omniprésentes, sont d'une efficacité redoutable et se trouvent être le plus souvent les moments les plus drôles et inventifs du film. D'autre part le duo comique formé par ce chinois bagarreur mais lucide, et ce cow-boy bavard menteur et quelques peu peureux, fonctionne à merveille. Avec un Jackie Chan grimaçant à souhait tout en étant étonnamment élastique et un Owen Wilson exubérant et cabotinant au moindre moment où la caméra se pose sur lui. Certes par moment ils en font un peu trop. Certes le découpage et le rythme de ce film sont inexistants, mais comme par magie cela fonctionne malgré tout. Car de ce joyeux foutoir émerge une légère magie, celle de faire rire le public de bout en bout, et de le faire apprécier prouesses physiques et bonne humeur communicative.

Bref ce film n'est pas une totale réussite, en partie à cause de son réalisateur, mais ce duo improbable commence par amuser et finit par franchement faire rire un public peu à peu conquit par leurs surprenantes facéties. C'est parfait pour passer une bonne heure et demi en oubliant tous ses soucis, car comme au cirque, on s'extasie devant les prouesses et la bonne humeur.

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire