Parce qu'on en a jamais assez !

SHADOW

Un film de Zhang Yimou

Un film tout juste palpitant et d’une direction artistique à couper le souffle

Alors que le royaume voisin de Yang s’est emparé de la ville de Jing, le commandant Yu, sujet du roi voisin et lâche Pei, est démis de ses fonctions pour avoir provoqué en duel le roi Yang. Pei propose alors, en guise de gage de paix, la main de sa fille au fils du roi Yang. Mais le commandant Yu est en réalité blessé et vit caché dans une grotte, alors que son double (une « ombre ») se fait passer pour lui…

Shadow film image

À une époque où les altesses et les hauts dignitaires disposaient d'un double (« l'ombre » du titre) pour se protéger, un commandeur répudié par son roi pour avoir provoqué en duel celui qui occupe la Ville de Jing et risqué de mettre en péril une paix fragile, décide d'utiliser celui-ci pour combattre à sa place. Manigances, stratagèmes, manipulations s'entremêlent ici, dans un scénario malin et complexe qui croise des enjeux de pouvoir, l’ambition démesurée de certains, mais aussi des sentiments cachés.

En Grande forme niveau mise en scène et chorégraphies des combats, Zhang Yimou, à qui l'on doit d’avoir démocratisé en occident le genre du film de sabre, avec notamment "Le secret des poignards volants" et "Hero" (aux côté du "Tigre et dragon" d’Ang Lee à l’époque), nous livre une histoire façon Cheval de Troie, aussi captivante qu’efficace. Faisant la part belle à des combats titanesques, "Shadow" déploie son action autour dans des intérieurs richement décorés, une grotte lugubre, autour d’une muraille impressionnante ou des rues d’une ville traditionnelle, alternant duels esthétisés et scènes de troupes impressionnantes.

Doté d'une direction artistique époustouflante, le film est dominé dans ses décors et costumes par noir, blanc et gris. Le temple noir sur fond noir situé au bord de l’eau est particulièrement marquant, tout comme le pavage de la grotte en forme de Yong et de Yang. Esthétiquement magnifique, ce vibrant film de sabres est un délice d’aventures et de dépaysement, dans lequel les parapluies et ombrelles ont un tôle fondamental, se transformant en armes redoutables ou en moyen de locomotion étonnant. A ne surtout pas manquer sur grand écran.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire