Parce qu'on en a jamais assez !

SELKIRK LE VERITABLE ROBINSON CRUSOE

Un film de Walter Tournier
Avec Kaya Yanar...

Isolement pour un jeune corsaire

Selkirk est un marin qui n'a pas pris la mer depuis longtemps. Comme il le dit à une serveuse dans une taverne, ce ne sera le cas que lorsqu’il n'aura plus qu'un seul sou en poche. Mais au moment de payer l'addition, il s'aperçoit que c’est le cas... et propose à ses voisins de table, qui recherchent un navigateur, d'être leur homme. Il embarque alors sur un navire à la recherche d'une cargaison d'or à intercepter...

Ce dessin animé utilisant la technique du « stop motion » (l'animation image par image) est en réalité une coproduction entre Argentins, Chiliens et Uruguayens. Sa sortie en France, quelques mois après « Les Pirates, bons à rien, mauvais en tout » des studios Aardman n'est que pure coïncidence. Cependant les similitudes sont assez nombreuses, jusque dans les types de personnages, puisque l'on retrouve ici aussi la fille déguisée en homme maquillant sa voix (la fameuse serveuse du début du film... là où l'autre dessin animé jouait sur l’ambiguïté de l'attirance du capitaine pour un marin étrangement plantureux).

Voici donc une production au budget plus humble, mais dans la même lignée, privilégiant cependant l'aventure à l'humour. Doté d'une histoire solide, le film ravira les plus petits, avec la présence de personnages secondaires tels les animaux entourant Selkirk, une fois celui-ci sur l'île (notamment de bien maladroites chèvres...). Le film propose au passage une petite leçon d'humilité, montrant un personnage doué aux jeux et particulièrement chanceux, qui en abuse et finit par se mettre à dos tout l'équipage. Que demander de plus ?

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire