Parce qu'on en a jamais assez !

SANS PITIÉ

Un film de Byun Sung-Hyun

Excessif

Un caïd menait la grande vie en prison, contrôlant le trafic de cigarettes. Mais l'arrivée d'un jeune homme influent lui fait perdre la position dominante dans laquelle il était. Il échappe de justesse à un assassinat grâce à un jeune prisonnier un rien inconscient...

Sans pitié démarrait pourtant bien, par une scène étrange située sur un quai en zone portuaire. Un face à face tranquille entre deux hommes, accompagné d'un intrigant discours du protagoniste sur son incapacité à manger du poisson, du fait que ceux-ci, morts, l'observent. L'homme tuant volontiers subitement son compagnon, cette scène permet en tous cas de poser basiquement les contours de ce personnage sans aucun remord. Enchaînant sur un flash-back situé trois ans plus tôt, lorsque celui-ci était en prison, le reste du récit sera bien moins original.

Découvert en séance de minuit au Festival de Cannes 2017, ce film policier coréen met en scène un duo au potentiel porteur : un caïd revanchard et un jeune infiltré aux enjeux familiaux fondamentaux, sur fond d'enquête policière. Malheureusement, les quelques bonnes idées de mise en scène (l'enlèvement filmé en caméra subjective depuis l'intérieur d'un sac...), ne contrebalancent pas le peu de clarté des flash-back successifs ou le manque de réelle tension, malgré la menace qui pèse sur le jeune protégé et sa mère.

Si les scènes d'actions sont honorablement mises en scène (elles regorgent de tirs divers, dans un bras, dans une oreille... symboles de la folie du personnage central), certains enchaînements laissent perplexe (l'arrêt sur image suivi d'une pub chorégraphiée rigolote...). Et ce n'est pas le surjeu de l'acteur principal qui va aider à rendre le tout crédible. Une vraie déception.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire