Bannière Festival d'Annecy 2019

# PIRE SOIRÉE

Un film de Lucia Aniello

Du déjà-vu, malgré quelques actrices déchaînées

Alors qu'elle se présente comme candidate au Sénat, la jeune Jess Thayer, à l'image un peu trop sérieuse, se retrouve à Miami avec ses 3 amies de faculté et une amie australienne, pour son enterrement de vie de jeune fille, entièrement organisé par l'une d'entre elles. Mais alors que débarque le strip-teaseur tant attendu dans la villa qu'on leur a prêté, un malencontreux accident survient, causant la mort de celui-ci...

"Pire Soirée" est une comédie américaine qui vaut surtout pour ses interprètes et certains personnages croquignolets qui composent une troupe inattendue. Il y a d'abord une supposée meilleure amie (Jillian Bell, impressionnante de vulgarité assumée) qui planifie tout et parle cru, mettant souvent dans l'embarras ses copines par son absence de filtre. Il y a ensuite un ancien couple de lesbiennes, chacune ayant tracé un chemin différent, et une Australienne (Kate McKinnon qui s'avère un rien « too much ») s'imposant en rivale de la meilleure amie américaine, et qui sous l'effet de la cocaïne devient plus que louche... Et il y a enfin Scarlett Johansson, plus pétillante et superbe que jamais, dont le rôle s'avère cependant un peu terne comparé à ses comparses.

Ajoutons à cette joyeuse bande de célibataires en furie, prêtes à tout pour passer du bon temps, le délicieux duo Demi Moore - Ty Burrell semblant prendre un véritable plaisir à jouer le couple de voisins, assimilables à des prédateurs sexuels. Ils sont l'une des bonnes surprises de ce qui est officiellement l'adaptation féminine de l'excellent "Very Bad Things" avec Jeremy Piven et Cameron Diaz, sorti en 1999, où des amis passant l'enterrement de vie de garçon à Las Vegas tuaient par accident une prostituée dans leur chambre d'hôtel. "Pire Soirée" s'éloigne cependant de celui-ci, préférant jouer sur l'aspect complice et vachard des filles plutôt que de verser franchement dans la comédie macabre.

Malheureusement, le scénario base quasiment tout le suspense sur la possibilité ou non de dissimuler ou se débarrasser du corps du défunt strip-teaseur, en jouant notamment à l'excès sur la transparence de la villa moderne, quasi entièrement en verre. S'il réserve une surprise que certains verront tout même venir de loin, il faut cependant avouer qu'il ne s'embarrasse globalement pas de détails pour tirer ses héroïnes de ce mauvais pas, ni pour aborder les questions de dignité ou de popularité dans une campagne électorale. Quant au trip entamé en parallèle par le fiancé pour venir récupérer sa belle, il est malheureusement ridicule et fait appel aux instincts les plus « pipi-caca » de chacun. Ajoutez quelques effets clipesques de ralentis totalement inutiles et un rythme qui ne tient pas la distance et "Pire Soirée" sera bien l'une des déceptions de l'été, prouvant une fois de plus à quel point Hollywood est en panne d'inspiration.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire