Parce qu'on en a jamais assez !

PETER ET ELLIOTT LE DRAGON

Un film de David Lowery

Un regrettable remake

Peter, 5 ans, est victime d'un accident de voiture avec ses parents. Seul en forêt, perdu, il est recueilli par un dragon. Six ans plus tard, alors que les bûcherons s'aventurent de plus en plus loin du forêt, Peter entre en contact avec d'autres êtres humains, dont Grace, garde forestière, dont le père a toujours prétendu avoir croisé la créature...

Dans leur frénésie de réaliser des films « live » à partir de leurs classiques, les Studios Disney ont déjà montré qu'ils étaient capables du meilleur, avec « Cendrillon » ou « Le Livre de la jungle », comme du pire : « Tarzan » et aujourd'hui « Peter et Elliott le dragon ». Il faut dire que cette nouvelle version n'a presque rien à voir avec l'original datant de 1977, qui voyait un orphelin de 9 ans s'enfuir avec son seul ami, un dragon (ce dernier étant incrusté dans l'image en dessin animé). Le scénario de l'opus 2016 lorgne totalement du côté du « Livre de la jungle » justement, développant une théorie de l'enfant sauvage, partagé entre le monde des humains et la forêt.

Après la jolie scène suggérant initialement l'accident et la tendre rencontre le dragon, il faut dire qu'il n'y a pas grand-chose à sauver, les sourires niais face au garçon (ou au dragon, selon) succédant aux dialogues minimalistes, le tout glorifiant la notion de famille et militant avec des gros sabots pour la protection de l'environnement. Bref, tout cela est bien indigeste, le scénario étant prévisible de bout en bout, et les personnages d'adultes étant réduits au strict minimum. Même Robert Redford roule des yeux d'émerveillement, c'est dire !

Quant à la fameuse créature, elle ressemble plus au chien-dragon de « L'Histoire sans fin » qu'à la créature bonhomme du film original. Ses grands yeux ou sa capacité à devenir invisible captiveront peut-être les plus petits, et sa couleur verte affiche au final un grand signal lumineux qui manque de subtilité : « pas touche, c'est de l'environnement ! ». Déroulant plan-plan son scénario d'un creux abyssal, le film ne sera malheureusement pas sauvé par les quelques scènes d'action de la fin. Regrettable.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire