Banniere_Festival_Lumiere_2020

PANIQUE AU VILLAGE

Une comédie d'animation abracadabrantesque

Cow-Boy et Indien se souviennent que c'est bientôt l'anniversaire de Cheval et qu'il faudrait lui offrir un beau cadeau. Ils se connectent sur leur ordinateur pour commander des briques de barbecue à monter soi-même, mais au lieu de valider les 50 briques dont ils avaient besoin, ils commandent par inadvertance 50 trillions de milliards de briques... les voilà dans de belles briques ! Surtout que pour les cacher, ils ne trouvent pas mieux que de toutes les mettre sur la maison de Cheval, qui bientôt s'enfonce, s'enfonce et s'enfonce inexorablement...

Après « Lascars », qui était passé du court au long, voici « Panique au Village » qui fait de même. Canal + avait eu du nez en diffusant la mini-série animée mettant en scène les aventures d’un cheval dénommé Cheval, d’un indien prénommé Indien et d’un cow-boy plus connu sous le nom de Cow-Boy ! Les courts-métrages avaient eu un vrai succès, et pas seulement en France.

La formule était simple : des jouets animés dans un décors de carton-pâte qui vivent des histoires loufoques. Vraiment simple ? Non ! Seulement en apparence, tant l’écriture du scénario est primordiale. En effet, le principal défaut de ce concept est la matière première de leur animation : des personnages qui n’ont aucune expression, bouches et yeux étant strictement immobiles. Tout passe donc par les dialogues et l’action. Ça va très vite dans les chaumières... enfin dans le Village. Très vite souvent, trop vite parfois.

Le long-métrage est fidèle à son petit frère : histoires abracadabrantesques, rythmes endiablés, personnages animés mais inexpressifs. Cela peut plaire… ou pas. On retiendra les joyeux et délirants voyages au centre de la terre, dans des steppes enneigées et dans le monde sous-marin sous le Village. On s’amusera de la géniale commande des briques de barbecue pour l’anniversaire de Cheval ! On s’ennuiera, paradoxalement, des nombreuses longueurs qui font regretter le format court initial de cette absurde et extravagante création.

Les enfants, eux, pourraient y trouver leur compte. Et surtout, ils pourront continuer l’aventure de Cheval et Cow-Boy en ressortant les figurines de leur coffre à jouet pour faire leur remake version « Panique à la Maison » !

Mathieu PayanEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire