Parce qu'on en a jamais assez !

LES NUITS D'ÉTÉ

Un film de Mario Fanfani

Question de confiance

1959. Alors que la guerre d'Algérie fait que de plus en plus de jeunes sont appelés à aller au front, Michel tente de se faire élire président de la Chambre des notaires. Mais dans sa vie privée, son habitude de s'habiller en femme, se faisant alors appeler Mylène, pourrait bien finir par être découverte et donc nuire à sa réputation...

Pour son premier film, Mario Fanfani a eu les honneurs d'une sélection aux Journées des auteurs du Festival de Venise 2014. Dans le cadre enserré des années 50 et sur fond de guerre d'Algérie, il aborde la question de la différence, en mettant deux personnages face à des choix fondamentaux : lui, doit assumer sa "nature", se sentant femme sans éprouver pour autant d'attirance pour les hommes ; elle, n'en peut plus de ne pas dire ce qu'elle pense.

Questionnant au passage la complicité dans le couple et la capacité à tout partager (la femme, interprétée par Jeanne Balibar, distante, dit d'ailleurs aveuglément au début du film, "avec Michel, on peut tout se dire"), ceci dans une époque où la norme et l'image étaient plus importantes que tout, la construction même du film propose une confrontation entre apparences et dessous (le cabaret, la maison de campagne...).

Mais il ne suffit pas de faire disparaître le moyen pour changer de nature (Michel tente de vendre la maison où il retrouve régulièrement un autre travesti). Si le film évoque avec intelligence la guerre d'Algérie (le mépris pour les arabes lors d'un repas entre amis influents, le patriotisme aveugle lors de la soirée de bienfaisance...), il souffre cependant d'un certain manque de rythme, et par moment de crédibilité (la visite de la police à la maison de campagne et la scène d'inconscience qui s'ensuit...).

Reste que "Les nuits d'été" offre tout de même enfin un beau premier rôle à Guillaume de Tonquédec, perdu face à ses propres désirs, soucieux de sa réputation de notaire et de sa possible carrière à la Chambre. Donnant à voir son fantasme de la femme parfaite, de sa manière de se comporter, de sa tenue et de son allure impeccable, on s'étonne cependant que cette exigence ne transpire étrangement pas dans son comportement avec sa propre femme.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire