Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

NOWHERE IN AFRICA

Un film de Caroline Link

Une fresque oscarisée aux paysages sublimes

En 1938, un père de famille juive allemande, réussit à faire sortir sa femme et sa fille du pays, pour le rejoindre dans un ferme africaine, où il est devenu le bwana. Alors que sa femme a du mal à s'adapter, sa fille tombe immédiatement sous le charme du pays et de la terre. Mais la guerre éclate, et les anglais, en charge de la colonie, arrêtent tous les allemands...

Au premier abord, ce film, sorte de saga familiale, peut paraître assez simpliste dans sa trame et dans sa vision de la vie en Afrique. Cependant, il a le mérite de montrer un pan de la guerre de 40 relativement peu exploité au cinéma, et surtout de transmettre de manière assez indicible, l'amour de ce continent chaleureux qu'est l'Afrique. Après quelques scènes plutôt banales sur les difficultés pour une famille aisée de s'installer dans la précarité et d'abandonner son train de vie, on découvre le traitement des immigrés allemands par le alliés.

Ainsi, si les hommes sont envoyés dans des camps, les femmes, elles, sont accueillis au frais de sa majesté dans un hôtel de standing, qui refuse justement de baisser son niveau de services pour ces clientes là, et leur sert donc entre autres plats, du homard par exemple. Et je vous laisse découvrir le reste. Mais le film est surtout l'occasion de confronter avec intelligence les philosophies de vie occidentales et africaines, mettant en évidence des valeurs de fidélité ou de sacrifice qui se font rares. Ajoutez à cela trois interprètes formidables, le père en tête, des photos de savanes magnifiques, avec nombre de zooms arrières depuis hélicoptères, et une musique envoûtantes, et l'on pourra dire que son oscar du meilleur film étranger face à notre Amélie Poulain nationale n'était pas totalement usurpé.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire