Banniere_Presidents_US_fictifs_au_cinema

NOUVELLE FRANCE

Un film de Jean Beaudin

Sans le moindre intérêt historique

A la veille de l’annexion de Québec par les anglais, une jeune veuve tente de refuser les avances d’un jeune homme ayant hérité récemment des affaires douteuses de son père…

Nouvelle France est une coproduction québecquo – franco –anglaise, digne d’une superproduction, aux costumes et décors montrant à eux seuls l’envergure donnée dès le départ à l’entreprise. Le casting est une autre preuve de l’ambition de cette fresque, qui a la mauvaise idée de se focaliser sur une histoire d’amour des plus classique, en exploitant à peine plus la trame politique sous-jacente, qu’un fond historique qui aurait pû être passionnant.

Du coup, à force d’embûchent et de rebondissements dans l’histoire des deux tourtereaux, on finit par s’agacer de l’accumulation de clichés, allant des vilaines sorcières bigotes au regard biaiseux, aux gentils indiens pacifistes et guérisseurs, en passant par un meilleur ami devenu rival et traitre. Certes les paysages et la photo sont superbes, mais les longs plans séquences en plongée sur les rues de la ville, et les intrigues de salons asssez simplistes ne servent en rien un scénario déjà boursoufflé à l’extrême. Dommage, car les deux interprètes principaux québecquois (Noémie Godin-Vigneau et David Lahaye) sont excellents, confirmant le talent des artistes de ce pays dont les meilleurs productions nous arrivaient ces derniers mois. Le filon serait-il épuisé ?

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire