Festival de Venise 2019 banniere

NOMA AU JAPON

Thriller gastronomique

Alors que son restaurant danois, le NOMA, vient de recevoir pour la quatrième année consécutive le titre de meilleur restaurant du monde, le chef René Redzepi décide de délocaliser son restaurant pour deux mois au Japon. Le compte à rebours s'instaure, pour préparer des plats plus originaux que jamais, avec les ingrédients locaux...

Le Noma, qui signifie "cuisine nordique", est un restaurant danois créé en 2003 dans un ancien entrepôt des Doks de Copenhague. Le documentaire du réalisateur hollandais Maurice Dekkers (connu uniquement pour une émission culinaire aux Pays-Bas) suit les équipes du fameux restaurant dans les phases préparatoires, jusqu'à l'ouverture en janvier 2015, d'un restaurant éphémère à Tokyo, en réponse à l'invitation du Mandarin Hotel de Tokyo. Des interrogations sur la gageure que représente le projet aux doutes qui s'installent, des premières expérience de l'équipe envoyée quelques semaines plus tôt sur place à la constitution de l'équipe de 70 personnes, on suit avec passion cette aventure hors du commun.

Loin des émissions de télé-réalité culinaires, centrées plus sur les caractères de chacun ou faisant choux gras des altercations entre chefs, le documentaire est tourné (et monté) à la manière d'un thriller, magnifiant le processus créatif, plus qu'il ne s'intéresse aux personnalités des uns et des autres. Pourtant, derrière les façades faites de concentration, de doute, voire parfois d'angoisse, ce sont bien de subtiles portraits qui pointent leur nez, montrant à la fois le génie, la pédagogie, la fraternité et la complicité.

Passant par le menu les différentes étapes de création des plats comme du restaurant lui-même (on a même droit à une critique en règle de la configuration des lieux qui les accueillent), le film surprend, positionnement le spectateur moins en consommateur final prêt à juger du produit, qu'en ami convié à participer aux coulisses. Une position privilégiée pour une caméra à l’affût du moindre détail, qui fait de "Noma au Japon" un met rare, dans lequel vous découvrirez non seulement des ingrédients surprenants, mais aussi des manières de faire qui invitent à la créativité.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire