Parce qu'on en a jamais assez !

NEW TERRITORIES

Troublant

Li Yu, une jeune ouvrière du Guangdong, une province du sud de la Chine, raconte son voyage vers Hong Kong, où elle doit rejoindre son compagnon, et sa rencontre avec une occidentale, venue proposer une alternative à la crémation devenue désormais obligatoire en Chine...

Présenté en 2014 dans la section ACID du Festival de Cannes, "New Territories" propose une véritable expérience, qui séduit un temps, avant de nous perdre malheureusement quelque peu dans ses propres méandres. Prenant pour parti de ne présenter son personnage principal – la narratrice Li Yu – que sous la forme unique d'une voix-off omniprésente, la réalisatrice nous plonge dans une aventure moins linéaire qu'elle n’y paraît de prime abord. Débutant par sa rencontre avec une femme occidentale, à l'aise dans ce pays qu'elle connaît peu et dans ces villes champignons où elle se sent si peu à sa place, le périple de cette femme mêlera, au final, souvenirs et faits divers qu'on ne peut dévoiler ici, ainsi que projections dans un avenir mystérieux.

Après l’introduction incongrue d’un étonnant film publicitaire d'entreprise, ventant un processus de décomposition par électrolyse (alternative écolo à la crémation qui pollue la Chine), c'est avant tout un discours sous-jacent sur la disparition des traditions et la confrontation de la société moderne face aux croyances ancestrales qui se fait progressivement jour. La première partie du film est ainsi parfaitement captivante, entraînant le spectateur dans la découverte d'un pays tiraillé entre progrès social et conséquences d'une croissance industrielle et démographique qui envahit toujours plus de territoires.

Créant un certain suspense quant à l'issue de l'aventure, le scénario, porté par des dialogues à l'unisson des images souvent impressionnantes de villes gigantesques et grouillantes, nous porte avec bonheur jusqu'au point où une série d'explications vient donner sens aux différents éléments jusqu'ici entremêlés. Malheureusement, la dernière partie du film, tentant une incursion dans le fantastique, ne convainc pas totalement, tirant en longueur, tout en perdant de sa pourtant puissante substance. Il faut dire que le fait divers qui fut le point de départ du film, a de quoi émouvoir et terrifier. Une demi-réussite donc que ce film expérimental d’une cinéaste à suivre.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire