Banniere_Festival_Lumiere_2020

NEW POLICE STORY

Un film de Benny Chan

Le retour du fils prodigue

Quand l’inspecteur Chan voit son équipe décimée sous ses yeux par une bande de criminels d’un nouveau genre, il sombre peu à peu dans l’alcoolisme. Seule la venue d’un jeune inspecteur, fougueux et mystérieux va lui redonner goût à la vie et surtout l’envie de retrouver les coupables de la tuerie en question...

@abusdecine.comIl est de retour à Hong-Kong, Jackie Chan. Pour notre plus grand plaisir, et dans une moindre mesure avec son équipe et ses idées. Car si le système américain a du bon, surtout pour le tiroir caisse, Hong-Kong lui permet de retrouver, malgré son age, les délires visuels et les cascades les plus folles.

Surtout en revenant à la source de son premier grand succès de comédie policière, la série « police story », dont c’est ici le cinquième opus. Mais depuis son départ pour Hollywood, le pays a changé et les habitudes du public aussi. Et c’est avec une certaine malice que le grand maître de la kung-fu comédie, assimile les nouvelles modes de la jeunesse, dans un scénario, certes convenu, mais plein de rebondissements.

Ainsi, la scène de la tuerie est filmée à la fois sous un angle réel, et à la fois à la manière des jeux vidéo de tir. L’effet est saisissant. Mais ce qui caractérise le mieux les films de Chan en Asie sont ses cascades, et une fois de plus elles sont omniprésentes et impressionnantes. Certes en attendant à chaque fois un peu plus, on peut légèrement rester sur sa faim, mais la différence avec les productions hollywoodiennes est visible d’entrée car le petit grain de folie ressurgit comme par enchantement.

Alors me direz-vous, qu’est-ce qui empêche ce film de devenir le meilleur de Jackie Chan. Quelques petits détails, comme la trop grande importance accordée au mélodramatique et surtout à la détresse de son personnage. Et puis cette mauvaise habitude de placer de la pub en décors de ses films, cela devient réellement agaçant ! Mais en fin de compte, il faut bien lui reconnaître aussi quelques progrès, notamment par la présence d’une violence plus sèche, d’un traitement plus dur vis à vis de ses personnages et de scènes d’action toujours aussi impressionnantes.

En bref un très bon cru, avec un retour aux sources qui laisse le spectateur en attente de nouveaux délires typiquement « Chanesque ».

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire