Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

NÉCROLOGIES

Un film à sketchs horrifique pour Halloween

Un bloggeur mène une expédition photo dans un cimetière en pleine nuit. Il est surpris par un homme étrange, fossoyeur des lieux qui le force à le suivre sous peine d’appeler la police. C’est là, dans son grenier, dans une sorte de course contre la montre, qu’ils vont s’échanger cinq histoires…

Nécrologies film image

L'écueil auquel fait face tout omnibus est celui de l'inconstance. Le spectateur ne peut s'empêcher de comparer les segments les uns aux autres, rarement à leurs avantages. Pour tenter d'éviter cela, chaque épisode de "Nécrologies" va être ici traité séparément. L'épilogue et le prologue, ainsi que les transitions seront également à part. Les cinq épisodes qui vont composer "Nécrologies" sont cinq histoires que vont se raconter deux hommes, un bloggeur et un étrange fossoyeur, en une nuit. Plus qu'une simple enveloppe, cette histoire constitue un épisode en soi, qui va se conclure dans une séquence finale plutôt réussie.

"L'appel de la mort"
En premier segment de l'omnibus, cet épisode se doit de marquer le ton. Visiblement, l'univers graphique et thématique, ainsi que la palette de couleurs de l'introduction ne vont pas être respectés dans ce très court thriller horrifique, fortement inspiré de Cronenberg. On sent une réelle volonté de bien faire et d'être inventif, ce qui passe par des lumières soignées et des propositions de cadre et de mise en scène audacieuses, mais souvent injustifiées.

"La Bête"
Contrairement au premier épisode, celui-ci est très minimaliste dans sa mise en scène et ses deux décors : une forêt et une voiture. Après une caractérisation brève et efficace du protagoniste par la musique et de l'avènement de l'étrangeté, c'est le maquillage et sa qualité qui saisissent le plus, dans une intrigue classique mais rondement menée. On peut regretter un épilogue un peu gratuit qui ralentit cette narration construite en flèche.

"Le retour des Hommes-Serpents"
Cet épisode traite de la théorie complotiste des reptiliens avec beaucoup de second degré. Si l'idée du documenteur peut être riche, elle n'est pas pleinement exploitée et toute une série de clins d'œil méta au reste du projet font perdre de sa force à un récit déjà difficilement compréhensible.

"Une affaire d'enfer"
Bien qu'il s'agisse du plus maîtrisé et du plus abouti des segments "Une affaire d'enfer" fait mal aux yeux. La photo et l'étalonnage laissent vraiment à désirer, mais une fois cet écueil passé, l'histoire, les cadres, et surtout, la marionnette, sont superbes.

"L'œil de Taal"
D'une certaine manière le moins fantastique et aussi le plus expérimental, ce dernier épisode est minimaliste. On y retrouve plusieurs idées visuelles riches, comme l'utilisation du noir et blanc pour séparer le monde onirique et le monde diurne, et des dessins qui font la transition entre ces moments. Ce segment reprend également la structure globale du film à sketchs, car il raconte l'histoire des différentes victimes de Taal.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire