Banniere-Berlinale-2019

MYSTIC RIVER

Un film de Clint Eastwood

Profondément noir

Alors qu'ils étaient en train de jouer, deux jeunes garçons (futur Sean Penn et Kevin Bacon), voient leur ami Dave (futur Tim Robbins) se faire emmener par deux hommes qui le séquestreront pendant 4 jours. Quatre jours au bout desquels rien ne sera plus jamais comme avant. Surtout que quelques années plus tard un drame va de nouveau les réunir et les projeter dans l'abyme : la fille d'un des trois, est sauvagement assassinée. Cela ravivera des souvenirs que le trio aurait bien voulu ne jamais réveiller…
Affiche du film Julieta

Le nouveau film de Clint Eastwood, lequel se contente de réaliser, explore une fois de plus les sombres recoins de l'homme, avec cette fois-ci, un aperçu d'une des plus grande souffrance : la perte de l'enfance et de l'innocence à travers deux blessures, le viol et l'assassinat.

Cette histoire tirée d'un livre éponyme, se déroule entièrement dans la ville de Boston, lieu où les trois amis ont vécu, ont grandi et ont souffert. Même devenu adulte, chacun a gardé des séquelles plus ou moins importantes du triste jour de l'enlèvement. Si la jeune victime s'est refermée sur lui-même, ses deux amis ont évolué vers deux aspects complètement différents de la vie.

L'un a versé dans la criminalité, pour apparemment finir par se ranger, alors que l'autre s'est engagé dans la police. Situations opposées, qui après le meurtre de la fille de Sean Penn, va les réunir à nouveau. La noirceur du récit n'est en aucun cas contrebalancée par des notes d'humour ou d'espoirs salvateurs, et plus le film avance, plus il nous pousse vers une fin inéluctable, où les douleurs, les rancœurs accumulées briseront tous ces personnages.

Et en plus d'être magnifiquement travaillés, ces personnages sont interprétés par un trio d'acteurs époustouflant avec en tête Tim Robbins et Sean Penn. Le thème se situe alors entre l'impossibilité de rédemption et la conséquence d'agression survenues lors de l'enfance. Une fois de plus Clint Eastwood reprend ses thèmes favoris et les enrichi de par la noirceur du roman dont est tiré ce film, comme le résultat de sa seconde collaboration avec le scénariste Brian Helgeland.

C'est aussi dans sa réalisation que l'on retrouve le style propre au mythique comédien, avec les alternances de champs contrechamps, qui permettent d'entrer au plus près de l'action et de la psychologie des personnages. Et aussi au travers d'une photographie qui tout en douceur envoie le spectateur dans les abîmes dans lesquels vont être plongé les trois comparses. Et si il fallait trouver un point négatif à ce long métrage cela resterait sa fin, qui même si elle s'inscrit dans le ton général du film, reste quand même moralement presque douteuse.

En fin de compte, le nouveau film de Clint Eastwood est une pleine réussite et prouve une fois de plus( mais cela est-il bien nécessaire) qu'il reste le dernier représentant de l'age d'or hollywoodien aussi bien en tant que réalisateur qu'acteur( même si il n'apparaît pas dans ce film). Un polar noir et pessimiste que l'on dévore avec plaisir grâce à une histoire captivante et à un casting de rêve. A voir absolument !

Guillaume BannierEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire