Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

MY NAME IS HALLAM FOE

Un film de David MacKenzie

Troublant

Confronté à la mort de sa mère deux ans plus tôt, rapidement remplacée par une superbe femme des plus glaciales (Claire Forlani), Hallam a bien du mal à s'envisager un avenir. Contraint par un chantage de s'en aller pour Glasgow, il va y trouver un emploi suite à sa rencontre avec une jeune femme qui ressemble beaucoup... à sa mère...

Tout droit venu d'Ecosse, 'Hallam Foe', du nom de son héros de jeune homme, est une histoire de passage à l'âge adulte. Car il s'agira pour le garçon en question d'apprendre à se battre pour avoir ce qu'il désire, à affronter les autres, prendre position, laisser le passé derrière soi... Autant de leçons qu'il va devoir intégrer pour avancer. Le film débute d'ailleurs par un générique sous forme de dessin animé, où un oisillon tombé d nid est confronté à tout un tas d'ennuis, d'obstacles et d'autres bestioles aux mauvaises intentions... Parabole sympathique des déboires à venir d'Hallam, il est aussi une respiration indispensable dans ce récit aussi noir que bourré d'une sombre humanité.

Chacun des personnages est pleinement crédible. Jamie Bell ('Billy Elliot') en tête est à la fois retord, incompris et plein de ressources. Claire Forlani en belle mère poison, est à la fois énigmatique et séduisante en diable. Esthétiquement impeccable et sombre, le film bénéficie du choix de la caméra à l'épaule pour la plupart des plans, qui s'avère judicieux pour suivre les facéties de notre voyeur accrobate de héros (il passe son temps sur les toits). Accompagné de choix musicaux intéressants, 'Hallam Foe' offre une certaine vision de la ville et de son foisonnement, comme un symbole de ce qu'est la vie.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire