Parce qu'on en a jamais assez !

MOTEL

Rien de neuf du côté des motels isolés

Un couple en phase de rupture suite au décès de leur enfant, tombe en panne de voiture au détour d’un raccourci. Obligés de séjourner dans un sordide motel, ils trouvent sur la télévision, des cassettes vidéo de gens en train de se faire assassiner sauvagement. Rapidement, ils s’aperçoivent que ces scènes ont été tournées dans la chambre où ils sont installés…

« Motel » cumule tous les défauts du slasher movie mal maîtrisé : scénario basique, méchants trop prédictibles, effets sonores surdimensionnés, personnages sans un brin de jugeotte. Il arrive également après bon nombre de films dans lesquels les héros sont soit perdus dans la forêt et aux prises avec d’étranges phénomènes (« Dead end », « Cabin fever »…), soit obligés de séjourner dans un motel minable et douteux (« Reeker », « Identity »…)soit en proie à une panne fort mal à propos voire provoquée par de malveillants personnages (« La colline a des yeux », « Wolf creek », « Massacre à la tronçonneuse »…). Et il souffre forcément de la comparaison, ne serait-ce que du point de vu scénaristique.

D’autant que le film veut aussi traiter du thème des snuff-movie (où l’on filme la mort réelle de personnes), ce qui avait donné quelques brillantes réussites, comme « Strange days », « Tesis » ou le flippant « Témoin muet ». Du coup, on s’ennui quelque peu face à la tentative de survie de nos deux traumatisés, qui vont bien entendu se réunifier grâce à l’épreuve qu’ils traversent. Sans style visuel percutant, « Motel » revient à une sobriété de la mise en scène plutôt bienvenue, mais ne se soucie guère de crédibilité. Il aligne les effets sonores percutant dans une première partie où les futurs divorcés découvrent leur chambre et de bruyants voisins, qui s’amusent à téléphoner et frapper aux portes.

Certains compareront le film à « Psychose », de manière exagérée, le lieu n’ayant pas l’aspect effrayant de celui du film d’Hitchcock, et Frank Whaley étant loin d’être aussi machiavélique que Anthony Perkins. Navrés par les réactions des personnages et dépités par le peu d’intelligence et de contrôle prêté au personnage de Kate Beckinsale, on passera notre chemin, dans cette été décidément surchargé en films d’horreurs et autres thrillers.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire