Banniere Festival de Cannes 2021 sélection quotidiennes critiques

MONGOL

Un film de

Unification d'une nation

Lors d'un voyage vers les contrées du clan chez qui il doit prendre épouse, un jeune mongol décide, contre les conseils de son père, de prendre femme dans un autre clan, dans lequel ils sont hébergés pour la nuit. Le père ne pouvant plus se racheter aux yeux du chef du premier clan, dont il vola jadis la promise, craint de devoir faire face aux violentes attaques de ces derniers. Durant le voyage du retour, trop confiant, il trouve la mort. Devenu chef malgré lui, son fils ne restera pas longtemps de le nouveau « khan » du clan. Trahis par un des adultes, il sera fait prisonnier puis s'enfuira...

« Mongol » est un film épique au rythme déconcertant. Nominé cette année à l'Oscar du meilleur film étranger, ce film originaire de Mongolie, retrace l'enfance et l'adolescence de celui qui unifiera les clans, devenant le plus célèbre de « khan »: Genghis Khan. N'espérez du coup pas y découvrir les nombreuses batailles menées par ce fameux guerrier, le scénario réduisant cet aspect aux dix dernières minutes du film, durant lesquelles la philosophie patriote de cet homme est exposée de manière succincte. Car l'intérêt de « Mongol » réside finalement dans ce parti pris qui en fait l'originalité certaine pour un film historique: compter les us et coutumes des clans, sociaux, maritaux, voire guerriers, que celui qui les unira n'aura de cesse de dénoncer comme des signes de faiblesse.

Le récit se concentre donc logiquement sur les barbares traitements des femmes et les us d'unions fort précoces, les logiques de clans, les sauvages vengeances qu'elles engendrent, et l'esclavage courant qui réside dans certaines régions. Doté de prises de vues aussi amples qu' esthétiquement magnifiques, « Mongol » donne à voir d'infinies steppes désertiques que les rétines imprimeront avec plaisir. Mais il pèche un rien par son rythme, peu passionné et les quelques clichés sur l'amour éternel d'un homme puissant et volontaire envers celle qu'il a choisie, et que le devoir et le sens de l'honneur l'empêche de voir au quotidien. Un film culturellement passionnant, mais un rien trop plan plan.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire