Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

MELINDA ET MELINDA

Un film de Woody Allen

Démonstration assez peu amusante

Différents auteurs, assis autour d’une table de restaurant, échangent sur leurs manières respectives d’aborder un récit. Partant de l’histoire de Melinda, qui débarque chez des amis au beau milieu d’un dîner, l’un explique sa vision d’une comédie, l’autre celle d’une tragédie…

Avec la mode des films en « si », où les auteurs se posent la question des alternatives de la vie, et de leurs conséquences, en nous offrant plusieurs solutions à partir d’une histoire commune, arrivent des variantes comme le film de Woody Allen. Lui, s’interroge plus sur la création de l’œuvre et la vision personnelle de l’auteur, qu’on pourrait qualifier d’optimiste ou pessimiste. Il déroule donc sous nos yeux, un morceau de la vie de Melinda (étonnante Radha Mitchell, présente dans les deux histoires), pris sous l’aspect tragique ou comique, jonglant entre les deux récits, où tous les autres acteurs ou actrices sont eux, différents.

La part de l’adaptation apparaît donc ici, inversant des rôles (le mari connu et l’actrice en mal de rôle par exemple), qui changent de sexe ou de métier, selon les récits. Cependant, après avoir été intrigués par la jeune femme, on se lasse vite de la multitude d’intrigues amoureuses sous-jacentes. Et même si l’on retrouve quelques bonnes répliques dignes de Woody, on s’amuse finalement guère, de ce vaudeville bancal, à l’humour éculé. Dommage, car la démonstration méritait un auteur tel que lui.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire