Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

MA MA

Un film de Li Dongmei

Une intention louable pour un total manque de repères

Xaoxian, 12 ans, aime à se promener dans les champs. Mais entre sa mère enceinte, sa tante malade, ses grands parents et sa petite sœur, elle va connaître quelques jours décisifs dans la vie de sa famille…

Ma Ma film

À vouloir embrasser une semaine de la vie d’une fille de douze ans, devant faire face à plusieurs morts et naissance, la réalisatrice Li Dongmei, dont c’est ici la propre histoire, finit par perdre complètement le spectateur. Certes elle essaye de capter des moments de la vie quotidienne (repas familiaux, lessive, cuisine, tri des pommes de terre, balade dans la nature, école...) sous forme de souvenirs ou de sensations, refusant de filmer les scènes du point de vue de l’enfant. Mais ce choix rend par moment la démarche elle-même incohérente, puisque certaines scènes n’impliquent pas son personnage lui-même et ne peuvent donc pas faire partie de ces moments qui restent (le voyage de retour du père par exemple...).

Malgré l’aspect bucolique de certains passages, le travail de cadrage et de jeu avec les perspectives, c’est finalement une sensation d’étirement de nombreuses scènes inutiles qui ressort. Ceci d’autant plus qu’aucune mise en place des personnages n’est faite, laissant au spectateur le soin de se demander non seulement qui parle, mais surtout aussi qui est qui ? Cette vieille dame est elle l’arrière grand mère ou juste une voisine ? Combien Xaoxian a-t-elle réellement de sœurs ? Pourquoi la grand-mère n'est pas à table cette fois-ci ? Où se trouve la maison des grands parents, en ville ou isolée ? Autant de questions qui rendent très difficile à suivre l’essentiel d’une histoire de plus de deux heures, et surtout impossible toute empathie et donc toute émotion. Pour un film autobiographique sur la mort, c'est un peu un comble.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire