Banniere_Presidents_US_fictifs_au_cinema

LOS MARZIANO

Un film de Ana Katz

Une succulente comédie argentine sur une fratrie un rien spéciale

Dans une riche communauté fermée, un homme tombe dans un trou alors qu'il est en train de jouer au golf. Blessé, il reçoit la visite de sa sœur sans le sou, à qui il a déjà prêté près de 34 000 dollars. Cette dernière lui demande d'aider leur frère, atteint d'un problème neurologique, mais avec qui il est fâché...

Son premier film, « La fiancée errante », ne nous avait pas vraiment convaincu. Voici que la réalisatrice argentine Ana Katz nous propose aujourd'hui une comédie, « Los Marziano », histoire de deux frères et une sœur, dont l'humour pince-sans-rire fait immédiatement mouche. Dès les premiers plans du film, le ton est donné. Un homme jouant au golf disparaît subitement au milieu de l'étendue verte qui occupe le cadre. Vivant dans une communauté fermée, en permanence surveillée, il a été la victime de saboteurs qui s'amusent à faire des trous dans le golf, pour que les riches du coin s'y cassent la figure et se blessent. L'idée est originale et contient en soi une certaine revendication politique.

De ce point de départ, Ana Katz aurait pu faire un thriller politique à la manière de « La zona » de Rodrigo Plá, film social portant sur les communautés fermées et la paranoïa sécuritaire. Au lieu de cela, elle a choisi les sentiers de la comédie, pour aborder de manière tout aussi critique, les différences entre riches et pauvres, mais aussi les notions d'entraide et de famille. Beauté du scope, précision des plans, humour plus visuel que parlé, Ana Katz met en scène « Los Marziano » avec une certaine élégance posée, qui contraste merveilleusement avec la grossièreté, l'arrivisme ou le mépris à peine dissimulé dont chacun de ses personnages est capable.

Mais le film est avant tout la peinture de deux forts caractères, entraînant dans leur sillage un personnage hors du monde, le frère, qui a toujours l'air de penser à autre chose. Ses soudains problèmes de vue (il ne peut plus lire) entraînant de potentielles dépenses, vont stigmatiser toutes les attentions et les tensions, bien malgré lui. On suit alors deux histoires en parallèle. D'un côté, les pérégrinations du plus riche des frères, menant sa propre enquête à l'intérieur de la communauté, obnubilé par sa propre sécurité, sont un délice d'humour noir. De l'autre, celles de sa sœur, qui veut absolument, chose difficile, faire en sorte que son frère voit un spécialiste déjà à la retraite, nous régalent par leu absurdité. Une bonne dose de cynisme, des acteurs excellents, observés avec acuité par une réalisatrice soignant chacun de ses plans, font de ce film une petite perle qui met en évidence les différences tout en scandant les mérites de la réconciliation. Espérons que cette comédie saura trouver le chemin des salles françaises.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire