Bagniere comedies_confinement-04

LOOKING FOR GRACE

Un film de Sue Brooks

Simple et émouvant

Deux jeunes filles, Soffy et Grace, sont ensemble dans un bus. Elles jouent au jeu de la vérité avec un garçon, lui aussi passager. Peu à peu la jalousie s'installe et Soffy abandonne le voyage, laissant Grace avec le jeune homme...

Reparti bredouille de la compétition du Festival de Venise 2015, ce formidable petit film australien navigue en permanence sur le fil du rasoir, passant de la comédie au drame, ou du drame à la comédie, parfois au sein d'une même scène. Débutant comme une lumineuse histoire de jeunesse liberée, avec deux copines faisant une fugue pour se rendre à un concert, le film déroule de manière désynchronisée les conséquences de cette virée, notamment révélatrices de l'usure du couple de parents.

Au travers d'une construction certes peu novatrice, centrée par chapitre sur un personnage différent (il y en a 5 au total), la metteuse en scène Sue Brooks traite de personnages principaux comme secondaires. Au-delà de leurs caractéristiques dans l'histoire (un père, une mère, un chauffeur routier, un vieillard obsédé par son dentier...), elle dévoile leurs problèmes, leurs frustrations, leurs gestes en apparence anodins mais pour certains finalement d'importance. Et concocte au final une histoire au drame venu de là où on ne l'attend pas.

Réalisatrice remarquée à la Quinzaine des réalisateurs avec le bouleversant « Japanese Story », qui mettait en scène Toni Colette dans une histoire de deuil, elle met ici en place différents regards sur la même histoire, créant surprise et émotion par le caractère anodin des problèmes bourgeois qu'elle soulève (liaison, argent volé...), que la disparition de la fille permet de sublimer.

Réussissant à créer un mystère autour de chacun des personnages, à la fois dans leurs intentions et rôles, elle convoque à la fois rire et émotion autour de situations inattendues et de la figure d’un couple dont la façade se craquelle. Un film aussi délicieux et troublant que picturalement irréprochable.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire