Banniere_Festival_Animation_Annecy_2020

L’HOMME QUI A SURPRIS TOUT LE MONDE

Baisser ou non les bras

Egor est garde forestier. Lors d’une tournée il tombe sur deux braconniers qui ouvrent le feu sur lui. Blessé mais sauf, on lui diagnostique lors de l’examen, un cancer en phase terminale. De retour chez lui, il tente de cacher son état, mais celui-ci est rapidement découvert par ses proches. Il demande alors à sa femme, Natalia, enceinte de leur futur deuxième enfant, de ne rien dire aux gens du village…

L'homme qui a surpris tout le monde film image

Dès les premières minutes, "L'homme qui a surpris tout le monde" intrigue. Après une première scène surprenante, installant une jolie complicité entre mari et femme, Natalya Merkulova et Aleksey Chupov justifient pleinement l'usage du Scope lors du début de tournée de leur personnage de garde forestier, alors qu'il parcoure une rivière en bateau. Le paysage est beau, la mission de l'homme aura bientôt du sens, mais quelque chose d'étrange plane déjà alentour, du fait d'une douce et douloureuse chanson à la fois aérienne et gutturale. La violence s'abat alors d'un coup sur ces lieux si calmes, avant que la mauvaise nouvelle ne tombe.

Que faire quand la mort est proche ? L'ignorer comme Egor semble le vouloir ? Chercher sans trêve toutes les solutions possibles comme Natalia semble le vouloir ? Natalya Merkulova et Aleksey Chupov usent alors avec parcimonie de dispositifs symboliques, pour mieux traduire un monde qui se disloque (un simple plan à travers une vitre dépolie suffit...), ou pour mieux trahir ce qu'il reste d'envie de vivre d'un personnage impassible (la poursuite des cannes dans l'enclos...). De cette chronique d'une mort annoncée on finit par vite accepter les positions de chacun des personnages, l'un apparemment résigné, l'autre refusant de baisser les bras. Jusqu'à ce qu'arrive le milieu du film, et l'acte potentiellement insensé du personnage principal.

La force du film est alors de nous embarquer dans de nombreux questionnements sur l'attitude d'Egor. Dévoile-t-il un pan de sa personnalité jusque là inavoué ? Cherche-t-il à provoquer pour mourir plus vite ? Veut-il que sa femme s'éloigne pour se reconstruire plus facilement ? Ou a-t-il d'autres intentions ? Seule la fin du film apportera une réponse à ces questions, au travers d'une très belle parabole, laissant tout à coup déborder l'émotion. Loin d'une première partie à l'impressionnante sobriété dramatique, la seconde trace un parcours totalement inattendu, mais porteur d'une humanité retrouvée. Un film russe comme planté hors du temps, quia valu un fort mérité prix de la meilleure actrice à Natalya Kudryashova. dans la section Orrizonti du Festival de Venise 2018.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Bande annonce : L’homme qui a surpris tout le monde from JHR Films on Vimeo.

Laisser un commentaire