Parce qu'on en a jamais assez !

LE PASSAGER N°4

Un film de Joe Penna

Un homme de trop

Une expédition spatiale avec pour destination la planète Mars, comprenant trois astronautes, a débuté depuis quelques heures. Alors que ces derniers prennent possession de la station qui va les amener jusqu’à Mars, la commandante découvre la présence d’un passager clandestin. Mais il est désormais trop tard pour faire demi-tour vers la Terre….

Le Passager n°4 film movie

Sortie le 22 avril 2021 sur Netflix

De survie, il en était déjà question dans le précédent et premier long-métrage de Joel Penna, "Arctic", dans lequel le personnage interprété par Mads Mikkelsen essayait de survivre au pôle Nord tout en tentant de sauver une femme blessée. Ici encore, l'environnement est hostile : les réserves d'oxygène de la station spatiale deviennent peu à peu insuffisantes à la suite d’un court-circuit de l'épurateur de CO2.

Le scénario va lier cette question de la survie au devenir du passager clandestin : que faire de lui quand les ressources viendront à manquer ? Mérite-t-il de survivre alors qu'il ne fait pas partie de la mission ? Ainsi, le scénario questionne également la notion de solidarité : quels choix opérer une fois que toutes les solutions auront été essayées ? Jusqu'où les personnes sont-elles prêtes à aller par solidarité ? Jusqu'à mettre leur vie en jeu ? Quant aux personnages, ils connaissent une évolution intéressante mais certains sont beaucoup moins construits que d'autres, en particulier celui interprété par Toni Collette. Malgré tout, on parvient à être impliqué par ces questionnements et on peut se surprendre à ressentir la résignation des personnages. Anna Kendrick, dans le rôle de Zoé, est l'atout numéro un d'un casting à l'interprétation solide dans l'ensemble.

Néanmoins, on pourra reprocher au scénario le manque de crédibilité concernant l'explication de la présence de ce passager clandestin (comment diable a-t-il pu se retrouver là ?) et un semi happy-end qui vient remettre le long-métrage sur des rails plus conventionnels.

La mise en scène de Joe Penna, ne verse jamais dans le grandiloquent et reste à hauteur d'homme au plus près des personnages et de leurs questionnements. Ainsi les scènes de la sortie dans l'espace ou du décollage font dans l'anti spectaculaire, avec le choix de rester principalement axé sur les personnages.  De plus la situation de huis clos, qui pourrait être étouffante (il manque de l'oxygène après tout…) ne l'est pas du tout de par la mise en scène sobre. Enfin, le fait que le suspense ne soit pas construit de manière artificielle est plutôt agréable (d'ailleurs la musique ne vient pas renforcer le côté compte à rebours de la situation).

"Le Passager n°4" propose donc un huis clos aux questionnements intéressants, toutefois, il manque au long-métrage une écriture psychologique plus approfondie des personnages et un supplément d’âme dans sa dimension dramatique.

Kevin GueydanEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

À LIRE ÉGALEMENT

Laisser un commentaire