Banniere_Festival_Lumiere_2020

JUST THE WIND

Un film de Bence Fliegauf

La persécution d'un peuple

En Hongrie, entre 2008 et 2009, des familles tsiganes ont été victimes d'agressions, décimées par des milices. Dans un camp rom, une famille attend, fébrile, de pouvoir partir au Canada...

"Just the Wind" est un drame social traité à la manière d'un thriller, qui, s'il s'attaque à un sujet particulièrement sensible en Europe, celui de l'exclusion des populations roms, et plus généralement des gens du voyage, n'arrive presque jamais à installer la tension nécessaire à son propos. Car ce film, qui a reçu le Grand Prix au Festival de Berlin 2012, préfère évoquer de loin la menace, sans jamais montrer réellement la violence.

Centré sur une famille installée dans un camp en Hongrie et en partance pour le Canada, femme et enfants attendant de rejoindre le père, parti à Toronto, le récit nous plonge au cœur de camps et de quartiers, où les familles s'organisent pour assurer une surveillance face aux agressions potentielles dont ils pourraient être victimes. C'est au fond le harcèlement moral et la peur qui créent une inquiétude primaire, le réalisateur montrant comment les enfants sont facilement accusés de vol à l'école, la femme maltraitée alors qu'elle fait des ménages, et le clan se sent globalement surveillé (passage d'une voiture aux vitres teintées, bruits suspects la nuit...).

Installant ses personnages dans un climat de paranoïa, d'autant plus que les ennemis resteront sans visage, désincarnés comme un danger qui rode mais ne se dévoile jamais au grand jour, Bence Fliegauf dénonce la complicité des autorités, montrant certains membres de la police comme prêts à aiguiller les agresseurs vers les familles de « voleurs ». Opposant précarité (la crasse de lieux délabrés, la débrouille...) à l'espoir d'une vie meilleure, le réalisateur ne fait pas non plus dans l'angélisme (le gamin vole ce qu'il peut...). Il préfère mettre en évidence à la fois une réalité sociale et la perception trouble d'un racisme ambiant, se matérialisant par diverses formes de persécution.

Cependant, la tension atteinte retombe progressivement, le scénario prenant un peu trop son temps. Et au final, l'attaque pressentie, traitée hors champ ou dans l'obscurité, pâtit de cette absence de rythme, expédiée en à peine trois minutes. Un choix certes judicieux du point de vue symbolique, montrant un racisme sans visage, mais qui anéantit tout réel suspense. Reste la scène finale, aussi déchirante que délicate, qui provoque forcément l'émotion.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE




Powered by Preview Networks

Laisser un commentaire