Bannière Festival de San Sebastian 2021

JE SUIS UN ASSASSIN

Un film de Thomas Vincent

Troubles à tous les étages

Ben Castelano, auteur qui ne parvient plus à être édité (François Cluzet), décide d'accepter la proposition de lui fait un ancien collègue, écrivain à succès, Brice Kantor (Bernard Giraudeau) : assassiner la femme de celui-ci…

Réalisateur de Karnaval, Thomas Vincent signe ici un second film aussi envoûtant que déroutant. Situé principalement dans les terres méridionales, Je suis un assassin est une lente descente aux enfers pour un couple, qui a cru que commettre un meurtre pouvait être sans conséquences. Mais la chose n'est pas si facile, ni à réaliser, ni à digérer. Entre le mari qui n'arrive pas à imaginer sa femme, le visage réduit en miettes à coups de statuette, et une femme amorale, qui fantasme sur l'acte de violence, fascinée par cette face cachée de sa moitié, la folie rode et envahit peu à peu l'écran.

La force et l'originalité du film est de ne jamais verser visuellement dans le gore ou même le glauque. Ainsi, l'action se déroule principalement sous un soleil de plomb, magnifié par une photographie superbe et lumineuse comme rarement. Les trois interprètes sont absolument possédés, de François Cluzet, incrédule face à ses propres pulsions, à Karin Viard, subjuguée par la violence et partant dans des sortes d'extases incompréhensibles, en passant par Bernard Giraudeau, dans un rôle de fou dangereux qui lui va comme un gant, et qui tente de donner corps à un acte qu'il aurait dû commettre lui-même. Culpabilité, regrets, actes manqués et désirs d'un voir pour mieux réaliser ou comprendre se mêlent dans une confusion grandissante qui fait la chair de ce film hors normes, des plus perturbants.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire