Bannière Reflets cinéma ibérique et latino américain 2020

INSTINCTS MEURTRIERS

Un film de Philip Kaufman

Tordu et peu convainquant

Jessica Shepard (Ashley Judd) vient d'être promue inspectrice à la criminelle. Chaque soir, hantée par le souvenir d'un père assassin, elle se réfugie dans les bras d'inconnus qu'elle ramasse dans des bars, et dans l'alcool. Avec son nouvel équipier (Andy Garcia), elle commence sa première enquête, où de jeunes hommes sont retrouvés sauvagement mutilés...

Le scénario d'instincts meurtriers était certainement basé sur une bonne idée de départ. Faire de l'inspecteur principal d'une enquête la principale suspecte de celle-ci pouvait donner de bonnes choses. Mais à force de démultiplier les pistes, cela devient rapidement tordu, comme le titre américain le laissait supposer. Du coup, le spectateur s'agace à ne plus savoir où donner de la tête, puisque après avoir ouvert les différentes pistes, le réalisateur ne nous donne l'occasion d'en exploiter aucune. Comme si seule la vie de Jessica avait une importance, et non son enquête.

Entre les anciens petits amis largués, les collègues insistants, l'étrange coéquipier, le mentor autoritaire, ses ennemis dans la police, ses voisines, ou encore son propre passé et ses possibles gènes de tueuses, on nous ôte rapidement l'envie même de chercher qui peut bien tirer les ficelles. Les scènes d'évanouissement sont répétitives sans être véritablement angoissantes, et le personnage d'Ashley Judd, enfermé dans sa logique de femme fatale et dominatrice, finit presque par déplaire. On aimerait quasiment que ce soit vraiment elle... mais on se doute que ce serait trop facile, et si peu américain. Alors on patiente.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire