Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

LA FENETRE

Un film de Carlos Sorin

Dernière balade

Un vieux monsieur vit ses dernières heures dans une maison poussiéreuse isolée...

Carlos Sorin est un auteur argentin remarquable par sa capacité à raconter plusieurs histoires à la fois, faisant d'un quotidien souvent terne une série de petits plaisirs. Son cinéma était jusque là, toujours tourné vers un rire salvateur, avec notamment "Historias minimas" et "Bombon el perro". Mais on ne peut pas dire que son dernier long (à peine 1h10) fasse dans la gaïeté ou l'encourageant. Car "La fenêtre" n'est autre que le récit des derniers soubresauts de vie d'un homme, coupé de la modernité, perdant peu à peu pieds, et qui tente de refaire à nouveau les gestes simples dont il fut longtemps capable, à l'image de cette dernière balade dans les collines, autour de sa maison.

Symbole d'une vieillesse cloitrée, soit du fait d'une famille inquiète, soit d'un docteur forcément prudent, la fenêtre de sa chambre tient le rôle du dernier espoir de retrouver mobilité, affection, amitiés, bref tout ce qui fait la normalité, la liberté et l'essence de la vie. Film sur l'impuissance, "La fenêtre" arrive à bouleverser malgré son rythme funeste et sa courte durée. Mais Sorin opte ici pour un cadre aussi austère que son récit, laissant les non-adeptes du contemplatif sur le côté. Un choix qui s'avère une première dans son cinéma, d'habitude plus généreux, mais sûrement moins personnel qu'avec ce dernier film.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire