Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

L'ÉVEIL D'EDOARDO

Un film de Duccio Chiarini

Sensible

Edoardo est un adolescent comme beaucoup d'autres. Devant son meilleur ami, il exprime ses fantasmes et frime gentiment, et devant les filles il tente de jouer les expérimentés mais rapidement sa timidité reprend le dessus. Complice avec sa voisine Bianca, le garçon a surtout un problème médical avec son prépuce, dont il n'ose plus parler à personne...

Film italien venu du Biennale Collège Cinema de la Mostra de Venise (équivalent en gros de la Ciné Fondation de Cannes), "L'Éveil d'Edoardo" à surtout été remarqué dans la section Génération du Festival de Berlin en février 2015. Histoire de passage à l'âge adulte, le film aborde le sujet de l'adolescence avec tact, livrant le portrait d'un garçon envahi par la contradiction entre un réel désir pour sa voisine et ses pulsions contrariées par ses ennuis de masturbation rendue impossible ou très douloureuse de par un problème médical intime.

Le trouble du garçon est parfaitement rendu, notamment lors d'une très belle scène mêlant rêve érotique et résultat malheureux d'une érection incontrôlée. Ses hésitations, sa gêne, son incapacité à communiquer sur son problème physique (hormis avec un médecin gentiment provocateur, joli personnage qu'on ne voit malheureusement qu'à deux reprises) et sa peur de perdre la face sont à la fois traduits intelligemment par des dialogues d'une acuité rare, et personnifiés par le jeune et talentueux Matteo Creatini.

Ponctué de chansons finement choisies, ce récit des chaleurs humaines d'un été qui restera comme fondateur dans la personnalité d'Edoardo, rappellera sans doute aux garçons comme aux filles de douloureux souvenirs de jeunesse, expériences des premières frustrations ou d'espoirs parfois déçus, mais tellement enivrants. La seule limite à ces mémoires communes résidera peut-être dans un seul point : l'étrange expérience animale que nous réserve ce garçon en recherche de sensations qui lui sont physiquement interdites ! Je n'en dis pas plus... vous comprendrez en allant voir ce joli bout de film.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire