Parce qu'on en a jamais assez !

EL PRESIDENTE

Un film de Santiago Mitre

Tensions au sommet

Alors que sa fille et son gendre sont rattrapés par un scandale politico-financier touchant au financement d’une campagne régionale, le président argentin participe à un sommet rassemblant l’ensemble des chefs d’état latino-américains. Il décide de faire venir sa fille dans l’hôtel chilien isolé en montagne, où ont lieu les négociations…

Le second long métrage de Santiago Mitre, après "Paulina" a marqué les esprits des spectateurs d’Un certain regard au Festival de Cannes 2017. Le réalisateur argentin, qui fut scénariste des principaux films de son compatriote Pablo Trapero ("Leonera", "Carancho", "Elefante Blanco") sait comme personne se saisir de sujets politiques brûlants et de sujets de société. Et c’est au portrait d’un homme politique sur lequel plane d’emblée un doute, qu’il nous convie cette fois-ci.

Confiant le rôle principal à l'excellent Ricardo Darin ("Dans ses yeux", "Les nouveaux sauvages"), il compose une sorte de semi huis-clos, abordant l’éternelle question de la corruption chez les politiques, en explorant les tactiques politiciennes et négociations liées à un sommet où se décide à la fois un avenir énergétique et une solidarité entre pays de même langues et racines.

Entremêlant ici histoires de famille et pressions exercées par d’autres pays (Mexique, États-Unis), il donne à voir les coulisses du sommet, tout en ponctuant le récit de moments fondamentaux constituant autant des repères que des points de mesure de l’angoisse qui grandit. Pour mieux générer la tension, Santiago Mitre isole ses personnages (le président et sa fille, plongée malgré elle dans le scandale qui s'annonce) dans une station de montagne chilienne, encore enneigée. Cette ambiance ouatée sied parfaitement aux tractations qui ont lieu ici, entre conseillers occultes, ministres utilisés comme des pions et véritables décideurs.

"El presidente" se mue alors en œuvre hypnotique, qui emprunte quelques chemins inattendus pour évoquer pouvoir et corruption. De plans zénithaux angoissants sur de longues voitures diplomatiques qui empruntent des routes sinueuses cernées de neige, à un rendez-vous claustrophobe dans un téléphérique, en passant par une séance d’hypnose suggérant d’autres implications, la mise en scène et l’utilisation du son font des merveilles pour assurer une ambiance vénéneuse à ce thriller sous anesthésie.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire