LES COTELETTES

Un film de Bertrand Blier

Retour à Cannes pour Blier: inégal

Un homme mûr (Philippe Noiret) se fait déranger en plein repas, par un homme plus âgé (Michel Bouquet) venu là " pour le faire chier ", depuis l'autre bout de Paris…

Bertrand Blier nous avait fortement déçu avec ses " acteurs ", film choral, aux dialogues cousus main, mais au scénario inexistant. Avec ses " cotelettes ", présenté en compétition à Cannes, il revient à une réflexion plus ciblée, moins éparpillée, étalant son audace et sa verve, au travers d'échanges toujours à la limite du grossier voir du mauvais goût.

Servi par des acteurs au top, il communique tout le plaisir qu'ont les monstres du cinéma français à déblatérer ses divagations sur la sexualité des personnes âgées, l'évolution de leur positionnement politique et le racisme ambiant et facile. L'idée de faire du centre de ce récit, une jeune femme de ménage maghrébine était osée : elle apparaît finalement comme nécessaire et salvatrice. Un contre point aux bien pensants, au consensus mou sur un sujet aussi dilué dans les médias.

Malheureusement, à vouloir traiter tous les sujets, dont celui de la mort, à la fois redoutée et rejetée, Blier se perd en route, et lasse quelque peu, car refusant de changer de rythme ou de ton. Incarnée par la trop rare Catherine Hiegel (livide), elle focalise les situations de la deuxième moitié d'un film bancal, où les gros mots finissent par glisser sur le spectateur sans plus heurter ou bousculer sa sensibilité. Dommage.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire