Bannière Festival film court Villeurbanne 2019

CIAO CIAO

Un film de Song Chuan

Petite chronique d'une ruralité en voie de disparition

Ciao Ciao revient dans le village de montagne de ses parents, après avoir passé quelques temps à Canton pour ramener de l'argent. Vêtue de robes colorées légères, elle contraste avec les filles des environs et se voit vite courtisée, par le voyou du village, et un jeune coiffeur fraîchement installé...

"Ciao Ciao" est une petite chronique légère, contant la différence grandissante entre monde rural et milieu urbain. Le film s’ouvre et se clôt sur la vision d’une jolie vallée, presque idyllique, dans laquelle passe un train, comme un symbole de lien avec un extérieur totalement différent, mais aussi synonyme d’une vie meilleure. Coincé entre deux prétendants devenant peu à peu rivaux, l’un signifiant le retour potentiel à la ville, l’autre un avenir rural peu prometteur, l’héroïne doit aussi faire face à l’évolution de la société, entre impérieuse nécessité de prendre soin des anciens et préfiguration de familles recomposées (sa mère a une liaison avec le père d’un des deux garçons).

Doucement, le portrait dressé ici permet de mettre en évidence les a priori d’un monde sur l’autre. La jeune femme renvoie en effet volontairement une image d’aisance et de luxe, rapidement assimilée à de la prostitution, sorte de volonté de s’en sortir presque devenue douteuse. Ses échanges de messages vocaux récurrents avec une amie restée à la ville viennent d’ailleurs renforcer le doute au fil du métrage. Doté d’une belle photographie, soulignant le contraste entre terres rouges et rizières d’un vert profond, et de choix musicaux originaux pour un film asiatique (une sorte de House music…), "Ciao Ciao" reste un peu trop sobre pour totalement remporter l’adhésion.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire