Parce qu'on en a jamais assez !

LE CADEAU D'ELENA

Un film au charme discret

Socrate (Michel Duchaussoy), a quitté la Corse il y a plus de quarante ans. Avec son fils Antoine ( Stéphane Rideau), il retourne pour quelques jours au pays. Malgré les silences et les apparentes indifférences, Antoine sent bien que les secrets familiaux sont pesants, et que le passé devra lui être dévoilé un jour…

Sous les allures d'une banale virée d'été dans une île chaleureuse, où sont restés les proches et les amis d'antan, Le cadeau d'Elena se révèle un attachant film, au calme relatif. Car si le scénario a du mal à nous cacher longtemps le fameux secret de famille attendu, il joue savamment sur quelques fausses pistes nostalgiques (une amour de jeunesse perdu) ou clichés (l'incendie volontaire). Mais tout cela n'a que peu d'importance, car la force de celui-ci, réside plus en la description bienveillante d'une communauté qui cherche la sérénité. Et surtout dans les deux portraits principaux décrits ici : celui du père et du fils.

Michel Duchaussoy est émouvant en homme venu chercher réconfort auprès des derniers membre de sa famille, mais assez incertain de la réalité ou des animosités qu'il va trouver. Tandis que Stéphane Rideau n'a jamais été aussi mature, traversant avec aplomb ces jours à part, en généreux vacancier aux quelques idées pas si préconçues. Tous deux iront chacun au bout de leur histoire, l'un en renouant avec son passé, l'autre en s'offrant un possible avenir, symbolisé par la superbe Vahina Giocante, dépositaire temporaire du secret et objet d'un désir serein. Nostalgie et rayonnement chaleureux d'une île aux milles beautés sont donc au rendez-vous de cette balade en amnésie, plutôt réussie.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire