Parce qu'on en a jamais assez !

ATTACK THE BLOCK

Un film de Joe Cornish

Héros de banlieue

Dans une cité de la banlieue de Londres, un gang d'adolescents agresse une jeune femme, lui volant ses rares objets de valeurs. À peine ont-ils terminé qu'un objet tombe du ciel, s'écrasant sur une voiture, permettant dans la panique à la jeune femme de s'enfuir...

L'intérêt principal de « Attack the block », production anglaise, est de faire de jeunes de banlieue, membres d'un gang majoritairement composé de garçons de couleur, des héros se retrouvant au front dans la bataille contre une subite invasion extra-terrestre. D'abord naturellement détachés, ils vont s'atteler à la tâche, avec pour base leur culture, faite de jeux vidéos, de sports de combats, d'armes blanches, sans vraiment prendre la mesure de la lutte qui les attend. Leur objectif de base n'est finalement pas très altruiste : il s'agit de se débarrasser d'étrangers presque comme les autres, qui menacent ce qui est leur quartier, leur block, qu'ils considèrent comme leur propriété.

La seconde réussite du film, ce sont les créatures qui envahissent peu à peu la zone, loin de la première qu'ils ont massacrées, désignée selon l'observateur comme un mauvais déguisement ou une marionnette. On pourrait les décrire comme des sortes de gros hérissons noirs, les pics étant remplacés par des touffes de poils, ayant quatre pattes et une mâchoire bleue fluorescente. Pas de quoi faire des cauchemars, mais de quoi être inquiet quand même. Car le film réserve quelques morceaux de bravoure dans la lutte contre ces bestioles (rien de mieux que des patins à glace pour massacrer la tête de son ennemi !), le gang se retrouvant pris au piège d'une des tours, à l'image des protagonistes de « L'armée des morts » et « Zombie » dans leur centre commercial.

Au final, « Attack the block » est une petite série B qui a le mérite du dynamisme et de la gentille caricature. Servie par une bande de jeunes acteurs prometteurs, elle donne aussi sa place à Nick Frost (« Good morning England », « Shaun of the dead ») dans un rôle de dealer un peu à part. De quoi passer un moment sympathique.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

BANDE ANNONCE

Laisser un commentaire