Parce qu'on en a jamais assez !

L'AIMEE

Avec

Troublante intimité

Le réalisateur de « La sentinelle » ou « Rois et reine » s'interroge sur sa famille, avec l'aide de son père...

Arnaud Desplechin filme sa famille et enquête, en compagnie de son père, sur le destin tuberculeux de sa grand mère paternelle, morte deux ans après la naissance de ce dernier. A eux deux, ils reconstituent ses derniers moments, sa séparation d'avec son fils, forcée par la contagion et les séjours en sanatorium. Étrangement, le réalisateur préfère s'appuyer sur les lieux, les maisons, liés à cette femme, plutôt qu'utiliser des images d'archives ou des photos. Les souvenirs sont d'ailleurs peu montrés en gros plan, juste suggérés, l'important étant plutôt dans le ressenti du père, dont le passé ressurgit au travers de vieux cartons, de lettres et d'endroits oubliés.

Pointant l'ascension sociale de sa famille, les difficultés à vivre ou communiquer entre parents et enfants, Desplechin s'emploie finalement, avant qu'il ne soit trop tard, à dialoguer avec la génération précédente, peignant en creux, un portrait intense de son propre père. Et l'émotion naît alors, sans effets, tout simplement.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire