Parce qu'on en a jamais assez !

LES AILES POURPRES

Un superbe documentaire porté par la musique du Cinematic Orchestra

Le destin des flamants roses, les secrets de leur couleur, leur cycle de vie, contés à partir de leur retour saisonnier dans les eaux et parages du Lac Natron, au nord de la Tanzanie...

« Les Ailes pourpres » est la première production du nouveau département de chez Walt Disney : Disney Nature. Il s'agit d'un documentaire proprement captivant sur le cycle de vie des flamants roses, construit tel un ballet en plusieurs actes, autour de leur passage aux abords d'un lac africain, le lac Natron, doté d'une algue microscopique rouge, qui donnera à terme la couleur rose au plumage de ces volatiles grandioses et effilés.

Avec minutie et nombre silences d'une voix off visant seulement à donner les renseignements de base, « Les Ailes pourpres » nous compte les phénoménales transformations du lac, avec l'arrivée des flamants avec la pluie, la formation d'une île de sel, gigantesque, puis l'assèchement progressif. Il nous montre comment les oiseaux font usage de la boue et du sel pour construire des nids, les dangers que représentent l'accumulation du sel sur les pattes des plus petits, la prédation par les hyènes, ou les cormorans qui mangent les œufs et les petits (les plus faibles ou ceux qu'ils arrivent à isoler). Les images les plus difficiles ne nous sont ainsi pas épargnées, qu'il s'agisse de la lente agonie de certains ou de leur mort prématurée liée à leur position dans la chaîne alimentaire.

La photographie est magnifique, donnant à voir des effets de groupes impressionnants, que ce soit pour les parades amoureuses, presque comiques du fait des mouvements saccadés des cous des flamants, ou de la migration soudaine des petits, escortés par quelques adultes à peine, vers la partie encore en eau du lac. La musique planante du Cinematic Orchestra accompagne ce curieux cycle de vie, mis en valeur par ce documentaire aux moyens financiers considérables, dont le commentaire sobre sait s'effacer devant la beauté ou la cruauté de la nature.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire