Parce qu'on en a jamais assez !

2030

Naufragés climatiques

Une femme découvre que son mari s'est noyé. La police lui indique qu'il aurait tenté de voler quelque chose dans une des fermes flottantes de la zone. Retrouvant une feuille de plante dans sa bouche, elle semble ne pas croire à cette version et décide d'emmener le corps...

Les premiers plans du film indiquent qu'au Vietnam, en 2030, plus de 80% des populations du sud ont été déplacées. Les effets du changement climatique et du réchauffement global attendu ont mené à la montée inéluctable du niveau des mers, engloutissant au passage les terres familiales de bon nombre d'habitants. C'est dans ce contexte qu'une femme doit faire face aux accusations à l'encontre de son mari décédé, le tout dans un contexte de mystérieuses expérimentations.

Ce petit film vietnamien, qui a fait l'ouverture de la section Panorama du Festival de Berlin 2014, a le mérite, avec peu de moyens (quelques images de synthèses pour donner à voir à l'horizon, une ville faite de gratte-ciels et d'éoliennes, ou pour illustrer les fonds des mers...), de poser d'intéressantes question sur les conséquences du changement climatique (propriété des terres sous-marines, vie sur pilotis...) tout en créant un parallèle avec l'appropriation des richesses déjà en cours par les multinationales.

Contant en parallèle le destin de cette veuve en recherche de preuves, et le passé heureux avec son mari, ainsi que les difficultés grandissantes (manque d'eau potable, provenance de la nourriture...), le film s'intéresse à la fois à la recherche scientifique (plantes s'adaptant à la culture hors sol...) et au danger d'un contrôle de toutes les filières par des entreprises toutes puissantes. Un film donc autant politique que poétique.

Olivier BachelardEnvoyer un message au rédacteur

Laisser un commentaire