Festival de Venise 2019 banniere

ARTICLES

FILM COURT VILLEURBANNE 2005 - Compétition programme 6 bilan

26ème édition du
FESTIVAL DU FILM COURT DE VILLEURBANNE 2005

Compétition francophone
PROGRAMME 6 POULET POULET
De Damien Chemin

Commander un plat lorsqu’on est en couple, peut parfois s’avérer très compliqué…

Niveau +2

Ce court métrage part lui aussi d’un bon concept. Dans un restaurant asiatique, un couple se tiraille autour du ou des plats à choisir, entre égoïsme et envie de partage avec l’autre. Et le réalisateur – scénariste développe un petit précis des comportements homme / femme, certes condensé mais efficace et drôle. Les dialogues sont un régal et sont servis par un formidable couple d’interprètes, Maryline Canto et Antoine Chappey, crédibles en tous points.

LAMPEDUSA
De Vincent Martorana

Sur une île italienne, un père et sa fille partent à la pèche…

Niveau 0

Le film s’ouvre sur un contrôle d’immigration concernant des boat people, et par un naufrage. Après quelques scènes bucoliques, où l’on accompagne le père et la fille dans la douceur de leurs errances estivales, le lien se fait peu à peu évident : les traces d’un des immigrés se font sentir sur l’île, dans les rochers, au travers de lambeaux de vêtements, de chiens qui s’excitent autour d’une falaise, ou enfin d’une main trouvée le long d’un sentier. Malheureusement, si une légère inquiétude envahit le spectateur, aucune émotion réelle ne se fait jour. Et la conclusion trop rapide, sous forme de légende explicative, est finalement presque inutile.

BEA
De Romuald Beugnon

Un jeune homme fait du bénévolat auprès des personnes âgées, et se porte volontaire pour réveillonner avec une certaine Béa, qui semble bien plus critique que bienveillante…

Niveau +3

Le scénariste de Béa, commence avec intelligence par questionner au travers de son personnage principal, les motivations du bénévolat, et le fondement de la bonne volonté. Et il réussit ainsi une belle pirouette, en nous évitant de penser aux motivations de cette vieille dame, pas si digne. Le thème de la vieillesse est élégamment amené, notamment lors d’une formidable scène où Béa décrit avec cynisme une de ses journée. Elle n’aurait donc rien à raconter ? Certainement pas, la soirée tournant finalement à la rencontre simple, mêlant souvenirs et anecdotes de plus en plus sexuées. De cette belle histoire de solitude, on retiendra une grande envie de prolonger la vie, la vraie. Touchant.

LUNOLIN, PETIT NATURALISTE
De Cecilia Marreiros Marum

Un gamin s’amuse à jouer avec deux hérissons…

Niveau +2

Coloré et simple, ce dessin animé franco – belge joue intelligemment avec les divisions multiples de l’écran (le split screen), faisant correspondre ou se répondre certaines actions concordantes. Un délice pour les plus petits.

SOUS LES ETOILES
De David Robert

Une cité imaginaire dans laquelle une bande jeunes s’apprête à éteindre toutes lumières de la ville…

Niveau 0
Pas grand chose à retenir de ce premier court métrage, à la fois trop décalé et trop long.

Informations

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur