Festival de Venise 2019 banniere

ARTICLES

cannes 2015 - Sélection officielle Un certain regard

68e Festival International du film de Cannes
du mercredi 13 mai au dimanche 24 mai 2015
Palais de festivals - Cannes – France

La section Un certain regard est une partie de la sélection officielle qui fait la part belle aux œuvres expérimentales ou à des visions originales de cinéma, dans laquelle se retrouvent autant des premiers longs métrages que des cinéastes reconnus invitant à une œuvre à part ou plus difficile.

Cette année de grands noms sont donc présents, avec Naomi Kawase en ouverture avec « An », un an après son magnifique « Still water », Apichatpong Weerasethakul, palme d'or pour « Oncle Boonmee » en 2010 qui présente cette année « Cemetery of splendour », Kyoshi Kurosawa avec « Vers l'autre rive » une nouvelle histoire de fantôme, et Brillante Mendoza, prix de la mise en scène avec Kinatay en 2009, avec « Taklub ».

Des valeurs montantes sont aussi présentes tels Corneliu Porumboiu, auteur remarqué de « 12h08 à l'est de Bucarest » ou Roberto Minervini qui propose « The other side ». Enfin quelques films bénéficieront de l'aura de castings prestigieux, tels Louise Bourgoin et Jean-hugues Anglade réunis dans un premier long métrage intitulé « Je suis un soldat », ou Matthias Schoenaerts et Diane Kruger, couple star de « Maryland ».

Film d'Ouverture
AN
de Naomi Kawase
avec Nagase Masatoshi, Kiki Kirin, Uchida Kyara...

Une femme de 70 ans tente de convaincre un vendeur de petits gâteaux japonais de l'embaucher. Rapidement, sa recette secrète fait que l'échoppe devient un endroit incontournable. L'une des deux grandes oubliées du palmarès de l'an dernier (avec Sissako et son « Timbuktu ») pour son « Still water », Naomi Kawase, revient en ouverture d'Un certain regard avec une histoire culinaire. Habituée des légendes locales, des belles compositions et des paraboles où la nature prend une place d'importance, la réalisatrice japonaise, caméra d'or en 1997 pour « Suzaku », est déjà venue à Cannes en compétition quatre fois, avec notamment « Shara » en 2003 et « La forêt Mogari », grand prix en 2007.

ALIAS MARÍA
de José Luis Rugeles Gracia
avec Karen Torres, Carlos Clavijo, Erik Ruiz, Anderson Gómez...

Un film colombien contant le destin d'une jeune soldate de la guérilla, tentant de cacher sa grossesse pour ne pas être contrainte d'avorter, alors qu'elle doit elle même garder le bébé de son commandant.

LA QUATRIÈME VOIE
(CHAUTHI KOOT)

de Gurvinder Singh
avec Suvinder Vikky, Rajbir Kaur, Gurpreet Kaur Bhangu...

Ce film indien, par l'auteur de « Alm of the blind horse » (inédit de 2011) nous conte deux incidents espacés de cinq mois, dont il détaille progressivement les liens, dans un Pendjab de 1984 à l'atmosphère empoisonnée. Un film mettant face à face les abus des militaires et la violence du mouvement séparatiste Sikh.

LE TRÉSOR
(COMOARA)

de Corneliu Porumboiu
avec Cuzin Toma, Adrian Purcarescu, Corneliu Cozmei, Cristina Toma...

L'auteur roumain, découvert à la Quinzaine des réalisateurs en 2006 avec la comédie politique « 12h08 à l'est de Bucarest » était déjà par Un certain regard en 2009 avec « Policier, adjectif. De retour dans cette section, il nous propose l'histoire d'un père acceptant à la demande de son voisin, de louer un détecteur de métaux pour l'aider à chercher un trésor. Un film sûrement plus politique que son pitch ne le laisse présager.

BÉLIERS
(HRÚTAR)

de Grímur Hakonarson
avec Sigurdur Sigurjonsson, Theodór Juliusson, Charlotte Boving...

Un film islandais, sur deux frères fâchés depuis 40 ans, qui doivent s'unir pour sauver deux béliers.

JE SUIS UN SOLDAT
de Laurent Larivière
avec Louise Bourgoin, Jean-hugues Anglade, Anne Benoit, Laurent Capelluto...

Il s'agit d'un premier film français, à l'odeur sociale fort prononcée, contant l'immersion d'une femme dans un milieu d'hommes. Lousie Bourgoin y interprète une chômeuse intégrant le chenil de son oncle, plaque tournante d'un trafic de chiens.

VERS L’AUTRE RIVE
(KISHIBE NO TABI)

de Kyoshi Kurosawa
avec Fukatsu Eri, Asano Tadanobu, Komatsu Masao, Aoi Yu, Emoto Akira...

Au rythme d'au moins un film par an, le réalisateur japonais nous livre des histoires à faire frémir, qu'il s'agisse de drame intime (« Shokuzai ») ou de film fantastiques. Venu à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs en 1999 avec « Charisma », il a fait une apparition avec « Kairo » et « Tokyo Sonata » à Un certain regard, mais a aussi présenté « Jellyfish » en compétition en 2003. Le revoici à Un certain regard avec l'histoire du fantôme d'un noyé, guidant sa compagne dans un voyage dans le Japon intérieur.

LAMB
de Yared Zeleke
avec Rediat Amare, Kidist Siyum, Welela Assefa...

Un premier film venu d’Éthiopie, contant l'histoire d'un garçon prêt à tout pour sauver sa brebis d'un sacrifice que voudrait lui imposer son oncle.

LAS ELEGIDAS
(LES ÉLUES)

de David Pablos
avec Nancy Talamantes, Oscar Torres, Leidi Gutierrez, Jose Santillan Cabuto, Alicia Quiñonez...

Un premier film mexicain, sur une jeune fille de 14 ans intégrant un réseau de prostitution, et son petit ami qui tente de la sortir de là en lui trouvant une remplaçante.

MADONNA
de Shin Su-Won
avec Seo Young-hee, Kwon So-hyun, Kim Young-min...

La réalisatrice coréenne de « Suneung », sorti en 2014, est déjà venu à Cannes avec « Circle Line », court métrage ayant remporté le Grand Prix Canal+ en 2012 à la Semaine de la Critique. Elle fait le grand saut en intégrant Un certain regard avec l'histoire prometteuse d'une aide soignante chargée d'enquêter sur une donneuse d'organe (un cœur) en état de mort cérébrale, qui s'avère une prostituée.

MARYLAND
(DISORDER)

de Alice Winocour
avec Matthias Schoenaerts, Diane Kruger, Paul Hamy...

Beau duo d'interprètes pour le second long métrage de la française Alice Winocour, découverte à la Semaine de la critique avec « Augustine » en 2012. Elle nous propose de suivre l'histoire d'un soldat de retour d'Afghanistan, victime de troubles de stress post-traumatique, chargé de la sécurité d'une femme riche. Maryland est le nom de la propriété de son mari, un homme d'affaire libanais, où règne un calme apparent peut être trop prononcé.

MASAAN
de Neeraj Ghaywan
avec Richa Chadda, Vicky Kaushal, Sanjay Mishra...

Un premier film indien, contant les destins croisés de différents personnages écartelés entre tradition et modernité, souhait d'un avenir meilleur et respect de castes, le tout dans la cité sainte de Bénarès.

THE SHAMELESS
(MU-ROE-HAN)

de Oh Seung-uk
avec Jeon Do-yeon, Kim Nam-gil, Park Sung-woong...

Un film policier coréen, dans lequel un enquêteur se rapproche de la compagne du suspect d'un meurtre, et finit par douter.

NAHID
de Ida Panahandeh
avec Sareh Bayat, Pejman Bazeghi, Navid Mohammad Zadeh, Milad Hossein Pour...

Un premier film iranien, contant l'histoire d'une femme ayant obtenu la garde son enfant, à la condition qu'elle ne se remarie pas, mais qui rencontre un nouvel homme.

CIMETERY OF SPLENDOUR
(RAK TI KHON KAEN)

de Apichatpong Weerasethakul
avec Jenjira Widner, Banlop Lommoi, Jarinpattra Rueangram...

Habitué de Cannes, l'auteur thaïlandais du sublime « Syndromes and a Century » a été découvert à Un certain regard avec « Blissfully yours » en 2002, et s'est retrouvé en compétition avec « Tropical Malady » en 2004, puis avec « Oncle Boomee, celui qui se souvient de ses vies antérieures », palme d'or en 2010. Sa dernière apparition date de 2010, avec la présentation du documentaire « Mekong Hotel » en séance spéciale en 2012. De retour à Un certain regard, il nous convie à une nouvelle étrange histoire, mêlant soldats atteints d'une maladie du sommeil, et un médium permettant aux proches de communiquer avec eux.

TAKLUB
de Brillante Mendoza
avec Nora Aunor, Julio Diaz, Aaron Rivera, Rome Mallari...

Participant à la compétition en 2008 avec « Serbis », l'auteur philippin a remporté le prix de la mise en scène pour « Kinatay » en 2009. Après un détour par d'autres festivals, comme Venise pour « Lola » et « Thy womb », ou Berlin pour « Captive », il revient cette année du côté d'Un certain regard avec l'histoire de survivants au typhon Hayan qui a dévasté la ville de Tacloban.

THE OTHER SIDE
de Roberto Minervini
avec Mark Kelley, Lisa Allen, James Lee Miller...

Roberto Minervini est un jeune réalisateur italien, mettant en scène des films en anglais, qui est pour l'instant resté assez confidentiel. Auteur de « Low tide », il a présenté en 2013 « Le cœur battant » (« Stop the pouding heart ») en séance spéciale en 2013. Il présente ici une vision des « abysses » de la société américaine d'aujourd'hui, au travers de personnages se trouvant dans un « territoire invisible ».

L’ÉTAGE DU DESSOUS
(UN ETAJ MAI JOS)

de Radu Muntean
avec Teodor Corban, Iulian Postelnicu, Oxana Moravec...

Le cinéaste roumain, remarqué à la Quinzaine des réalisateurs avec « Boogie » en 2008, puis à Un certain regard en 2010 avec « Mardi soir, après noël », revient dans cette section avec l'histoire d'un homme témoin d'un meurtre domestique, qui doit faire face à son voisin, l'assassin.

SOLEIL DE PLOMB
(ZVIZDAN)

de Dalibor Matanic
avec Tihana Lazovic, Goran Markovic, Nives Ivankovic, Dado Cosic...

Un film venu des pays de l'est (Croatie, Slovénie, Serbie) contant des amours interdits, au travers de trois décennies différentes et dans deux villages voisins accablés par l'histoire et trois histoires d'amour.

Informations

Pour plus de renseignements :
Festival de Cannes 2015
du 13 au 24 mai 2015
Site officiel : http://www.festival-cannes.com

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur