Parce qu'on en a jamais assez !

ARTICLES

cannes 2012 - Sélection officielle Compétition

Quasiment tous les habitués pressentis sont présents, hormis Manuel de Oliveira, Park Chan Wook, Olivier Assayas ou Marco Tulio Giordana. La sélection a même réussi à apporter son lot de surprises avec l'apparition de titres que personne n'avait pronostiqués comme les nouveaux Thomas Vinterberg, John Hillcoat ("La route") ou Lee Daniels ("Precious"). Nous voici donc face à une sélection aussi prometteuse que l'an dernier, alignant nombre de grands noms et comme toujours, proposant des sujets difficiles: la vieillesse, la possession, l'injustice, la fin du capitalisme, la réincarnation, les abus sexuels, la prostitution étudiante... et même les ravages de la télé-réalité.EN COMPETITION OFFICIELLE
22 films

AMOUR
de Michael Haneke
avec Jean Louis Trintignant, Emmanuelle Riva, Isabelle Huppert...

Le retour de Michael Haneke est forcément attendu, après sa Palme d'or obtenue pour « Le ruban blanc » en 2009 (après un Garnd prix pour "La pianiste" et un prix de la mise en scène avec "Caché"). D'autant plus que le réalisateur autrichien semble revenir à sa veine principale, c'est à dire à des films qui créent le malaise, en abordant mine de rien la nature même de l'être humain. Un film qui marquera en tous cas le grand retour de Jean-Louis Trintignant devant la caméra, pour une intrigue tournant autour de la vieillesse.

APRÈS LA BATAILLE (Baad el mawkeaa)
de Yousry Nasrallah
avec Mena Shalaby, Bassem Samra...

Seul réalisateur issu du continent africain, issu du monde arabe, le metteur en scène égyptien de "La Porte du soleil" et "La Ville" nous propose une vision fort d'actualité des soubresauts qui parcourent son pays...

AU-DELA DES COLLINES (Provizoriu)
de Cristian Mungiu
Cristina Flutur, Catalina Harabagiu, Cosmina Stratan...

On ne l'avait pas non plus revu (hormis dans le recueil de courts-métrages « Les Contes de l'âge d'or ») depuis sa Palme d'or pour « 4 mois, 3 semaines et 2 jours » en 2007. Le réalisateur roumain Cristian Mungiu revient donc en compétition avec une histoire de possession, située dans un monastère.

COSMOPOLIS
de David Cronenberg
avec Robert Pattinson, Juliette Binoche, Paul Giamatti, Mathieu Amalric, Samantha Morton, Kevin Durand, Sarah Gadon...

Habitué de Cannes depuis la présentation controversée de « Crash » en 1997, David Cronenberg a surtout fait des étincelles avec la présentation du sublime « History of violence » en 2005. S'il avait préféré montré son « A dangerous mind », à la mise en scène classique, du côté de Venise l'an dernier, le voici qui revient sur la Croisette avec une adaptation du roman culte de don DeLillo, produite par Paulo Branco, et surtout un casting franco-américain mettant face à face le jeune Robert Patinsson (« Twilight ») avec Juliette Binoche et Mathieu Amalric, pour un trip dans un New York où le capitalisme touche à sa fin.

DANS LA BRUME (V Tumane)
de Sergei Loznitsa
avec Vladimir Svirski, Vlad Abashin...

Réalisateur ukrainien remarqué pour « My joy », son premier film de fiction présenté directement en compétition il y a deux ans, Sergei Loznitsa est forcément attendu au tournant. Il nous propose cette fois un film d'époque dans la Biélorussie de 1942, dont le personnage principal est un cheminot accusé d'être un collaborateur.

DE ROUILLE ET D'OS
de Jacques Audiard
avec Marion Cotillard, Mathias Schoenaerts...

Après le triomphe d' « Un prophète » (Grand prix 2009), lui qui a présenté la moitié de ses films à Cannes, en commençant à la Semaine de la critique en 1994 avec « Regarde les hommes tomber », nous revient avec une histoire d'amour dont on attend forcément beaucoup. L'auteur de « De battre mon cœur s'est arrêté », « Sur mes lèvres » et « Un héros très discret » nous promet de belles émotions en débauchant Marion Cotillard pour interpréter une entraîneuse d'orque victime d'un accident du travail et la révélation de « Bullhead », Mathias Schoenaerts, qui semble féru de lutte à mains nues, le tout dans l'adaptation d’un recueil de nouvelles canadien.

HOLY MOTORS
de Leos Carax
avec Denis Lavant, Michel Piccoli, Edith Scob, Eva Mendes, Kylie Minogue...

Longtemps considéré comme un artiste maudit, du fait de l'échec commercial du magnifique (et coûteux) « Les amants du pont neuf », Leos Carax n'avait pas donné de nouvelles depuis la présentation de son court métrage « Merde » dans le tryptique « Tokyo » présenté à Un certain regard en 2008 et n'était pas revenu en compétition depuis "Pola X" avec feu Guillaume Depardieu (1999). La présence de Kylie Minogue à l'affiche intrigue forcément (donnera-t-elle un concert à cette occasion ?), presque autant que le pitch, qui concerne un mystérieux Monsieur Oscar, qui voyage de vie en vie...

THE HUNT (Jagten)
de Thomas Vinterberg
avec Mads Mikkelsen, Alexandra Rapaport, Thomas Bo Larsen...

L'auteur danois révélé en compétition au milieu des années 90 avec le dogmatique « Festen » (prix du jury en 1998) revient enfin en compétition. A l'origine de "It's all about love" et de "Submarino", il n'a pas retrouvé le succès depuis. Traitant d'abus sexuels sur une fillette, son nouveau film fait office d'outsider.

IN ANOTHER COUNTRY (Da-reun na-ra-e-suh)
de Hong Sang-soo
avec Isabelle Huppert,Yu Junsang, Yumi Jung...

Situant son action sur les plages coréennes, Hong Sangsoo ne semble pas quitter ses thèmes de prédilection, même s'il met en scène Isabelle Huppert, qui enchaîne son deuxième film asiatique après avoir fait un tour chez Brillante Mendoza, pour "Captive". Primé à Un certain regard il y a deux ans pour "Ha-ha-ha", l'auteur, très prolifique, était revenu dans la même section avec "Le jour où il arrive" l'an dernier. Il nous invite cette année à trois histoires, autour de femmes s'appelant toutes Anne...

L'IVRESSE DE L'ARGENT (Do-nui mat)
de Im Sang-soo
avec Rin Takanashi, Tadashi Okuno, Ryo Kase

Présent en 2010 en compétition avec le remake malsain et esthétisant de « The housemaid », le réalisateur coréen Im Sang-soo, auteur de "The president's last bang", retrouve la compétition avec un thriller qui s'annonce également érotique.

KILLING THEM SOFTLY
de Andrew Dominik
avec Brad Pitt, James Gandolfini, Sam Shepard, Sam Rockwell, Richard Jenkins...

Révélé avec le violent "Chopper" en 2000, l'australien Andrew Domonik avait confirmé son talent avec le western intitulé "L'Assassinat de Jesse James" lors d'une présentation à Venise. Après ce film esthétisant de près de 3h00, le voici qui ré-embauche Brad Pitt et fait ses premiers pas dans la compétition cannoise, avec une histoire d'enquête autour d'un vol lié à des tournois de poker mafieux.

LAWLESS
de John Hillcoat
avec Guy Pearce, Tom Hardy, Jessica Chastain, Shia Labeouf, Mia Wasikowska...

Il est l'auteur de « La route », film post-apocalyptique avec Viggo Mortensen, que le jury vénétien avait laissé de côté. Le voici qui fait son entrée à Cannes avec son sixième long métrage. Adapté d'un roman de Matt Bondurant (par le rockeur Nick Cave), "The Wettest Country in the World", l'action se situe durant la période de la Prohibition. Un récit qui fleure bon l'authentique.

LIKE SOMEONE IN LOVE
de Abbas Kiarostami
avec Rin Takanashi, Tadashi Okuno, Ryo Kase...

Habitué du festival, puisqu'il a déjà reçu la Palme d'or pour « Le goût de la cerise » en 1997, le réalisateur iranien, venu il y a deux ans avec "Copie conforme", récit situé en Toscane qui valut le prix d'interprétation féminine à Juliette Binoche, réapparaît avec un film tourné au japon. Il conte ainsi la relation entre un vieil universitaire et une jeune étudiante qui pourrait bien se prostituer.

Ouverture:
MOONRISE KINGDOM
de Wes Anderson
avec Bruce Willis, Jared Gilman, Kara Hayward, Edward Norton, Bill Murray, Frances McDormand, Tilda Swinton, Jason Schwartzman...

Sacré montée des marches en perspective pour l'ouverture avec un auteur reconnu, jusque là plutôt présent à Berlin o u Venise où il avait présenté son dernier film, "A bord du Darjeeling limited". Fidèle à son style rétro, Wes Anderson base l'intrigue de sa nouvelle comédie acide durant l'été 1965 sur une île au large de la Nouvelle-Angleterre, où Suzy et Sam, deux scouts de douze ans, tombent amoureux et se retrouvent recherchés par leurs parents. On en salive d'avance.

MUD
de Jeff Nicholds
avec Matthew McConaughey, Reese Witherspoon, Tye Sheridan...

Grand prix de la Semaine de la critique 2011 avec "Take shelter", ce jeune réalisateur américain de 33 ans avait été révélé à Berlin avec "Shotgun stories". Le voici qui fait une entrée fracassante en compétition, avec l'histoire d'un homme en cavale. Il permettra en tous cas à Reese Witherspoon de venir pour la première fois sur la Croisette.

THE PAPERBOY
de Lee Daniels
avec Zac Efron, John Cusack, Matthew Mcconaughey, Nicole Kidman...

L'auteur primé de toutes parts pour son « Precious », film qui après avoir gagné à Sundance, avait fait un petit détour par Un certain regard en 2009, monte d'un cran pour entrer dans la compétition. Adaptation d’un roman policier signé Pete Dexter, il s'agit de l'histoire d'un journaliste qui retourne dans sa Floride natale pour enquêter sur un meurtre. Le film affiche à son générique le héros de "High school musical", qui devrait à lui seul faire débarquer des cars entiers de midinettes en furie sur la Croisette.

PARADIS : Amour (Paradies : liebe)
de Ulrich Seidl
avec Maria Hofstätter, Margarete Tiesel, Inge Maux...

Un autre réalisateur qui divise les foules nous vient tout droit d'Autriche. Il s'agit d'Ulrich Seidl, réalisateur de "Import - Export", présenté en compétition en 2007. Son nouveau conte moderne met en scène trois femmes en quête d'épanouissement, dont la première part au Kenya pour effectuer du tourisme sexuel, la seconde n'a que Dieu comme seul amour, et la troisième souffre de sur-poids et perd sa virginité dans un centre de thalassothérapie... Une curiosité assurée.

LA PART DES ANGES (The angel's share)
de Ken Loach
avec John Henshaw, William Ruane, Gary Maitland...

Depuis "Kes", découvert en 1970 à la Semaine de la critique, l'auteur anglais n'a cessé de confirmer son amour pour Cannes. Beaucoup pensaient que le nouveau Ken Loach se contenterait de la section « Un certain regard », du fait de sa nature de comédie, d'une part, et de la grosse déception qu'avait suscité son dernier film, « Route irish ». Mais l'auteur a déjà fait bonne figure en compétition avec d'autres comédies sociales, comme « Raining stones » ou « Looking ofr Eric ». Du coup il semble avoir toutes ses chances avec cette histoire de distillerie écossaise, ceci même d'il a déjà remporté la Palme d'or pour "Le vent se lève".

POST TENEBRAS LUX
de Carlos Reygadas

L'auteur mexicain divisera certainement une nouvelle fois les festivaliers avec ses choix esthétiques et son rythme résolument contemplatif. Fidèle de Cannes, il y a gagné la caméra d'or avec « Japon » présenté eà la Quinzaine des réalisateurs en 2002, puis s'est retrouvé par deux fois en compétition, avec « Batalla en el cielo » et « Lumière silencieuse ». Les premières photos semblent magnifiques... et l'auteur présente son film comme "une oeuvre pour une large part autobiographique qui fera la part belle aux sensations, aux souvenirs, aux rêves, aux peurs qui ont été les siennes depuis le début de son existence".

REALITY (Grande fratello)
de Matteo Garrone
avec Aniello Arena, Loredana Simioli, Nando Paone...

Le réalisateur italien menacé de mort après la sortie de « Gomorra », film sur la mafia napolitaine et grand prix à Cannes en 2008, nous livre cette année un nouveau brûlot ciblant la télé-réalité, et potentiellement autant ses créateurs que ses spectateurs. Tout cela sent bien évidemment la polémique, le loft à la mode italienne promettant bien du trash...

SUR LA ROUTE (On the road)
de Walter Salles
avec Sam Riley, Garrett Hedlund, Kristen Stewart, Tom Sturridge, Kirsten Dunst, Viggo Mortensen, Amy Adams, Elisabeth Moss, Steve Buscemi...

En adaptant un ouvrage culte signé Jack Kerouac, le réalisateur brésilien Walter Salles revient en compétition, faisant office de favori avant l'heure, son film, comme "Tree of life" l'an dernier, étant attendu depuis depuis plus d'un an sur la Croisette. Habitué des lieux, il état reparti bredouille avec "Carnets de voyage", autre road-movien, et avait valu à l'actrice de "Une famille brésilienne" un prix d'interprétation. La jeune Kristen Stewart ("Twilight") connaîtra-t-elle le même heureux sort ?

VOUS N'AVEZ ENCORE RIEN VU
de Alain Resnais
avec Sabine Azéma, Pierre Arditi, Michel Piccoli, Mathieu Amalric, Denis Podalydès, Annie Duperey, Anne Consigny...

Ce sera donc le vétéran de la compétition, puisque Manuel de Oliveira est finalement absent de la sélection. A 89 ans, Alain Resnais revient en compétition après avoir remporté le prix spécial du jury pour Les Herbes folles en 2009, avec ce qui s'annonce comme une lettre d'amour aux acteurs. Une superbe montée des marches s'annonce, pour le cinéma français, toutes générations confondues.

Informations

Pour plus de renseignements:
Festival international du film de Cannes 2012
du 16 au 27 mai 2012
Site officiel: http://www.festival-cannes.com

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur