Festival de Venise 2019 banniere

ARTICLES

CANNES 2007 - Une pluie de stars

Côté stars et paillettes, l'édition 2007 fut riche en évènements avec pour couple vedette du festival: Brad Pitt et Angelina Jolie. Le premier était présent, accompagné de George Clooney, Matt Damon et Andy Garcia pour le très attendu Ocean's 13 (sortie le 20 juin). Nouvelle histoire de casse située à Las Vegas, le film déçoit par son scénario trop basique, aucun grain de sable conséquent ne venant gripper les rouages du plan fomenté par la désormais célèbre bande d'élégants voleurs. Mais la mise en scène de Soderbergh est toujours aussi efficace. La seconde figurait également hors compétition avec Un coeur invaincu (19 septembre) dans le rôle de Marianne Pearl, dont le mari, journaliste, fut atrocement décapité par les talibans. Tourné caméra à l'épaule, à la manière d'un reportage et signé Michael Winterbottom, ce film ne convainc pas non plus, cherchant ses effets dans un quasi huis clos et des scènes de larmes et cris appuyées.Autres gros morceaux, les documentaires américains Sicko (17 octobre) et Le dernier virage. Michael Moore a ainsi présenté son nouveau pamphlet sur la croisette, fustigeant les dérives du système de santé américain. Juxtaposant les pires situations aux plus amusants paradoxes, il réussit une nouvelle fois, en simplifiant parfois à l'extrême, à provoquer l'émotion. Et même à démontrer que le seul endroit sur le territoire américain où la médecine est gratuite... est la base de Guantanamo! Représentant le documentaire qu'il a produit sur le dérèglement climatique, Leonardo Di Caprio a aussi fait le voyage, avec moins de succès. En effet, celui-ci n'est qu'une succession mal ordonnée d'interviews d'experts « indépendants », sans grand intérêt ni pédagogique ni persuasif quant au changement comportemental prôné.Toujours côté américain, on a pu également admirer le minois de Jake Gyllenhaal venu présenter le polar clinique de David Fincher, Zodiac (17 mai). Le film est reparti bredouille malgré un casting remarquable réunissant trois personnages d'hommes que cette sombre affaire de serial killer introuvable a fini par rendre solitaires et maladifs. Rayon film à suspense, La vie nous appartient (21 novembre) de James Gray a permis à Joaquim Phoenix de fouler les marches. Malheureusement, malgré une mise en scène musclée et l'une des plus halletantes poursuite en voitures jamais vue, le scénario enclin à légitimer la vengeance personnelle a tendance à rendre peu crédible cette histoire de mafia russe à New York.Enfin côté européen on a pu admirer la plastique et le jeu sans faille d'Asia Argento, présente dans trois films. Danseuse dans Go go tales de Ferrara, elle joue les dominatrices et assassine son mari dans Boarding gate. Mais c'est surtout en noble espagnole baffouée qu'elle réussit à toucher dans le premier film romantique mais tragique de Catherine Breillat, Une vieille maîtresse (30 mai). Elle n'est jamais aussi belle que blessée. Terminons par un autre couple vedette, Deneuve mère et fille qui ont fait une apparition ensemble pour Persépolis (27 juin), film d'animation contant la révolution islamique iranienne au travers du parcours d'une jeune fille, amenée à fuir son pays. Choc des cultures, préjugés, barrière linguistique, tout est sujet à raillerie de la part de ce dessin animé aussi drôle qu'émouvant. Chiara Mastroianni y joue la fille et Catherine Deneuve, également à l'affiche du troublant Après lui de Gaël Morel, la mère. Quoi de plus logique?

Informations

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur