Banniere Festival de Berlin - Berlinale 2024

NEWS

Festival

Festival de Gérardmer 2024 : Palmarès

30 janvier 2024
Festival de Gérardmer 2024 palmarès
© The Jokers Films

Le festival du film fantastique a pris fin ce dimanche 28 janvier 2024. On a toujours un goût amer dans la bouche quand il s’agit de ranger nos badges et de reprendre la route. Une conclusion toujours teintée de mélancolie après avoir passé ces cinq jours dans cette bulle vosgienne. Car oui, ce qu’il manque le plus c’est ce rythme effréné pour voir le plus de films par jour, ce sont les traditions des festivaliers qui crient et applaudissent à l’apparition des divers logos des monstres emblématiques du cinéma et la gentillesse des bénévoles présents sur place, toujours prompts pour nous servir une boisson chaude ou une collation.

Une année généreuse, avec un grand prix asiatique

Mais ce n’est que partie remise et cette année a été généreuse en termes de programmation. La précédente édition s’était concentrée sur des films plus d’ambiance où le fantastique s’immisçait petit à petit avec une dimension parfois sociale. Les festivaliers n’avaient, pour beaucoup, pas tellement été touchés par cette sélection… Et c’est pourquoi cette année le festival est revenu aux basiques : des sorcières, des spectres, du gore et des vampires. Avec toutefois un regard sur notre monde assez critique et parfois proche du nihilisme.

Et c’est avec un plaisir non dissimulé que l’un de nos coups de cœur a été récompensé par le Grand Prix. Ce n’est autre que "Sleep" de Jason Yu. Après avoir été assistant réalisateur notamment du grand Bong Joon-ho sur "Okja", ce jeune metteur en scène arrive avec un premier film sensible où l’effroi se mêle habilement à la comédie. En interview, il nous a même confié que le thème de l’amour et de la peur vont souvent de paires et quand on voit sa façon de manier les genres avec aisance on peut dire qu’il n’a pas volé son Grand Prix.

Sorcière et vampire pour un prix du jury ex-aequo

Le Prix de Jury est revenu à "Amelia’s Children" de Gabriel Abrantes, avec son histoire de famille portugaise un poil barrée, ex aequo avec "En attendant la nuit" de Céline Rouzet. Pour le premier, on se réjouit forcément, car le doute qu’il reparte bredouille n’était pas vraiment permis. On était en effet face à une œuvre efficace, qui risque de faire un carton en salle de par son côté universel tant au niveau de la forme qui plaira au plus grand nombre que des thématiques qu’il brasse. Nous sommes néanmoins plus étonnés que le film de vampires de Céline Rouzet reparte avec cette distinction. Non pas que le film soit mauvais, loin de là, mais il n’apporte clairement rien au genre, et pire, il enfonce des portes ouvertes, et aligne les situations convenues. L’année dernière c’était "Blood" de Brad Anderson qui traitait dans un contexte différent du même thème, mais on peut remonter à "Morse" de Tomas Alfredson en 2009 (primé au festival cette même année) ou encore "Martin" de George A Romero, qui traitait du même sujet mais avec un vrai mordant (dur de se retenir sur les boutades évidemment). Étonnant, on le répète, qu’un film finalement si convenu arrive à se hisser parmi les gagnants, mais on peut y voir un encouragement à traiter ces sujets de façon plus approfondie pour ses prochains métrages et c’est tout ce qu’on souhaite à sa réalisatrice.

Un même film réconcilie le public et la critique

"When Evil Lurcks" de l’argentin Damiàn Rugna repart quant à lui avec non pas un, mais deux prix : celui du Public ainsi que celui de la Critique. Film de possédés qui rabattait les cartes, il n’a laissé personne indifférent lors de ses projections et nous faisait presque penser (dans une moindre mesure bien entendu) à la déflagration "The Sadness" de Rob Jabbaz présenté au festival lui aussi en 2022. Un prix amplement mérité pour cette œuvre sombre et sans concession qui nous a marqué la rétine grâce à des séquences de terreur pure.

La belle surprise des résultats est bel et bien d’y trouver "The Seeding" de Barnaby Clay qui, à Abus de ciné, nous a franchement marqué. Il se voit décerner le prix du Jury Jeune et on ne peut que se réjouir face à ce résultat. Vrai film de survie à ciel ouvert qui joue habilement de son image et des attentes des spectateurs, c’est un prix amplement mérité pour un film qui résonne encore en nous aujourd’hui. "La Damnée" de Abel Danan fait partie des grands oubliés de cette remise de prix, mais ne vous inquiétez pas, vous pourrez le découvrir en salle à partir du 9 Octobre de cette année, mais vous pourrez aussi prochainement lire l’interview que nous avons préparée avec lui, tout aussi intéressante que ce premier film plein de promesse.

Un petit mot également pour "The Forbidden Play" de Hideo Nakata qui, selon des rumeurs aurait déçu les festivalier. Ne les écoutez pas, le film était parfait pour ouvrir la danse le mercredi 24 janvier et ce petit film fou et unique est plus que recommandable.

Pour les courts-métrages c’est "Transylvanie" du français Rodrigue Huart qui repart avec le Grand Prix. La rédaction va jouer franc jeu avec vous, on aurait adoré pouvoir vous en parler plus, mais malheureusement et c’est bien connu des habitués du festival, les retards à répétition sur la journée du samedi nous ont tout simplement empêché d’aller jeter un coup d’œil à la sélection courts-métrages et ça n’est pas faute d’avoir pu réserver en amont ! Et dieu sait que nous sommes friands de cette sélection souvent prompte à nous surprendre, nous émouvoir sans oublier de nous faire frissonner. Petit bémol ici vis à vis de l’organisation qui hélas ne s’améliore pas avec les années qui passent, l’inversion des projections et les deux heures de retard sur la Nuit décalée nous ayant aussi privé de l’attendu "Hundreds of Beavers". On est sûrs que tout cela va s’améliorer et on se dit que les courts-métrages et l’intégrale de la nuit décalée ça sera pour l'année prochaine ! Il faut dire que nous n’avons qu’une hâte, c’est de retourner au bord du lac Vosgien dans un an, s'asseoir sur les sièges de L’Espace Lac pour repartir comme en 40.

Palmarès Gérardmer 2024

Grand Prix
SLEEP

Prix du jury
ex-aequo
AMELIA’S CHILDREN
EN ATTENDANT LA NUIT

Prix du public
WHEN EVIL LURCKS

Prix de la critique
WHEN EVIL LURCKS

Prix du jury jeunes
THE SEEDING

Grand Prix du court métrage
TRANSYLVANIE

Germain Brévot Envoyer un message au rédacteur
Source :