Banniere Festival Alpe d'huez 2023

NEWS

Festival

Festival de Berlin 2022 : "Avec amour et acharnement", les tristes tourments passionnels selon Claire Denis

15 février 2022
Festival de Berlin 2022 impression 05 Avec amour et acharnement horizontal
© Curiosa Films 2022 – Fourni par la Berlinale

Compétition
AVEC AMOUR ET ACHARNEMENT
de Claire Denis
avec Juliette Binoche, Vincent Lindon, Grégoire Colin, Bulle Ogier...

Notre première impression sur le film :

Alors qu’elle vit depuis dix ans avec Jean, Sara aperçoit dans la rue François, avec lequel elle était lorsqu’ils se sont rencontrés. Le retour dans leur vie, de celui qui était aussi l’ami de Jean, ne va pas être sans provoquer des remous. Sur le thème du retour d’un être autrefois adoré, Claire Denis tente de nous embarquer dans les tourments passionnels d’une femme et l’incapacité à réagir de celui qui partage sa vie. Elle nous convie donc d’abord dans l’intimité de Vincent Lindon et Juliette Binoche, dont l’affection semble une évidence dans les eaux turquoises d’une mer qui les voit s’embrasser ou se tenir la main sous l’eau. Mais c’est avant que le tunnel du métro ne les replonge dans l’obscurité et les habitudes de leur vie parisienne.

En tentant de garder un temps, non pas hors champs mais à distance, le personnage de l’ex, interprété Grégoire Colin, celui-ci n’ayant aucun dialogue, elle parvient à une première moitié du métrage où sa présence furtive, évanescente et mystérieuse crée une réelle montée en tension. Malheureusement, dès lors qu’il commence à prendre une réelle place dans l’histoire du couple, les éléments ont du mal à s’imbriquer, qu’il s’agisse des briques du passé, ou des réactions présentes. Et ce qui aurait pu être une réflexion vénéneuse sur les limites de la passion et l’impossible choix entre le couple stable et le tourment face à l’être désiré, ou simplement sur le mensonge au sein du couple, se transforme en récit tiède d’élans ravageurs. Quant à la toile de fond sur le déterminisme social elle est quant à elle traitée avec une certaine superficialité (voir l’hallucinant couplet de Lindon à son fils sur l’éducation…).

Voir un extrait du film « Avec amour et acharnement » :

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur
Source :