Parce qu'on en a jamais assez !

INTERVIEW

MA PART DU GÂTEAU

Journaliste :
Ce film est assez différent de vos précédents. Pourquoi ?

Cédric Klapisch :
Par envie de changement, tout simplement. J’essaie d’aborder de nouveaux sujets, d’une façon différente. J’ai fait appel à des acteurs autant qu’à des non-acteurs, chose qu…

© StudioCanal

Journaliste :
Ce film est assez différent de vos précédents. Pourquoi ?

Cédric Klapisch :
Par envie de changement, tout simplement. J’essaie d’aborder de nouveaux sujets, d’une façon différente. J’ai fait appel à des acteurs autant qu’à des non-acteurs, chose qui ne m’était pas arrivée depuis “Chacun cherche son chat”. Je ne voulais pas tourner à Paris, même si je tourne un peu à la Défense, et c’était un peu volontaire de pas faire le film avec Romain Duris, avec qui j’ai déjà tourné six fois.

Journaliste :
Quelle a été votre démarche pour aborder le sujet de la crise ?

Cédric Klapisch :
Je suis parti de l’actualité. La situation en France après la crise financière me parait grave. Ce n’est pas simplement qu’un krach financier. Il y a un cap qui a été franchi, qui fait que le pouvoir de l’économie devient monstrueux. Quand on disait du fascisme qu’il était la bête immonde du 20e siècle, pour moi, aujourd’hui c’est la finance. Les subprimes, la faillite d’un pays comme la Grèce ont prouvé que les hommes politique ne peuvent rien faire face à la finance. Je trouve cela effrayant.

Journaliste :
Gilles, quelle impression cela fait de jouer un méchant ?

Gilles Lellouche :
J’ai essayé simplement d’incarner le personnage sans le romancer, ni avoir un regard condescendant. En le prenant simplement à hauteur d’homme. Après, j’avoue qu’il était assez agréable d’appuyer de temps en temps le côté salopard du mec, déshumanisé et cynique. C’était jouissif car incarner un salaud est toujours assez valorisant pour un acteur.

Cédric Klapisch :
Gilles m’avait déjà posé cette question, car dans “Paris”, il avait déjà un rôle bien dur. Il m’a demandé pourquoi je lui donnais toujours des rôles de “connard”. En fait, il fait cela vraiment bien, et c’est très agréable. Comme il est tout le contraire dans la vie, il a le bon recul. Il improvise parfaitement le mépris, même dans la plus insignifiante des répliques.

Journaliste :
Karin, comment avez-vous abordé la très belle scène finale ?

Karin Viard :
C’est une fin que je trouve d’autant plus réussie qu’elle est très fragile. Comme c’est une fin ouverte, c’est tout le film qui lui donne son importance. Le tournage de cette scène est une combinaison de plein de choses : c’était la fin du tournage sur Dunkerque et le premier jour de tournage pour Gilles. On a tourné trois nuits d’affilée dans le froid. C’était un mélange de fatigue et d’émotion qui m’a un peu possédée. Je me suis laissée aller à l’émotion sans trop réfléchir.

Gaëlle Bouché Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT