Parce qu'on en a jamais assez !

INTERVIEW

COACH (LE)

Journaliste:
Vos rôles avec Richard Berry auraient-ils étés interchangeables ?

Jean-Paul Rouve:
Il y a quand même une différence d’âge, et je ne pense pas que cela aurait été drôle, si le coach avait été plus jeune que le coaché. Je crois que j’aurais aimé jouer le co…

© Mars Distribution

Journaliste:
Vos rôles avec Richard Berry auraient-ils étés interchangeables ?

Jean-Paul Rouve:
Il y a quand même une différence d'âge, et je ne pense pas que cela aurait été drôle, si le coach avait été plus jeune que le coaché. Je crois que j'aurais aimé jouer le coach, mais je suis pas sûr que Richard aurait aimé jouer mon rôle.

Olivier Doran:
Le film repose sur l'apparemment fort et l'apparemment faible. Il est possible que Richard ne puisse pas faire l'apparemment faible...

Jean-Paul Rouve:
Ou alors avec un Gérard Depardieu ou un Jean Réno en face. C'est un équilibre pas facile...

Journaliste:
Que pensez-vous de la vague actuelle de coaching ?

Jean-Paul Rouve:
On peut se demander si ça n'est pas une vaste fumisterie. C'est inquiétant, ça veut dire qu'il faut être performant partout, alors qu'on avance forcément en faisant des erreurs. Ca fait même l'objet de show de télé réalité... Avant le coach c'était le prof, et chacun se limitait à son domaine. Aujourd'hui cela s'immisce dans le psychique...

Une fois, j'avais besoin de faire des pompes avec un prof de sport, pour la préparation d'un film. Il me disait "je pense que vous n'êtes pas bien dans votre tête". Ca laisse songeur... Il y a un formatage général, y compris à la banque ou en vente par téléphone. C'est pénible. On a envie de leurs dire: "parle normalement"...

Ce qui est intéressant, c'est que le coach du film doit donner une impression de solidité, mais qu'il a des fêlures intéressantes, et au moindre coup de vent... Du coup, mon personnage, qui lui aide les autres, est dans la même logique, mais marche mieux.

Journaliste:
Qui est votre coach ?

Olivier Doran:
Ce qui est bien, c'est qu'un psy n'est jamais votre coach. Il vous apprend à être votre propre coach. Ce qui est utile. Et puis j'ai eu une maman, l'école, des amis, et je me suis planté plein de fois. Dans le fond, ce sont le pouvoir et l'économie qui savent très bien se servir de la psychologie, mais pas au service de l'humain. Avant d'écrire le film, j'avais vu des reportages où on emmenait des cadres dans des écuries, non pas pour monter des chevaux, mais s'en occuper. Et ainsi apprendre l'autorité.

Journaliste:
Vous avez déjà essayé la technique de la drague ?

Jean-Paul Rouve:
Pas besoin monsieur... vous avez à faire à un professionnel...

Olivier Doran:
Pas besoin monsieur... vous avez à faire à quelqu'un...

Jean-Paul Rouve:
Oui, c'est vrai, mauvaise réponse ! Non, jamais vu ça...

Olivier Bachelard Envoyer un message au rédacteur

À LIRE ÉGALEMENT